La cicatrice invisible du stress post-traumatique

le
0

Près d'un millier de soldats sont victimes de ce syndrome, reconnu depuis 1992 comme une blessure de guerre.

Cauchemars, tremblements irrépressibles ou encore repli sur soi constituent les principaux symptômes du syndrome de stress post-traumatique (SSPT). Certains militaires vont jusqu'à la désertion ou la tentative de suicide pour mettre fin à cette blessure invisible.

Lionel Caillet, médecin chef du service psychiatrie de l'hôpital militaire de Brest, le définit ainsi: «Le sujet a été confronté, par surprise, à la mort d'une personne connue ou inconnue ou à la menace vitale pour lui-même.» Et d'ajouter: «C'est différent du stress aigu qui apparaît les premiers jours. On parle de SSPT lorsque les symptômes apparaissent ou persistent plus d'un mois après l'événement. Cela se manifeste par une reviviscence de l'événement, avec à chaque fois la même charge émotionnelle qu'au moment du drame.»

Confrontés plus que d'autres groupes professionnels à la...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant