La CIA lève le voile sur la mystérieuse "zone 51"

le
0
LA CIA RECONNAÎT L'EXISTENCE DE LA "ZONE 51"
LA CIA RECONNAÎT L'EXISTENCE DE LA "ZONE 51"

par Steve Gorman

LOS ANGELES (Reuters) - Les autorités américaines ont reconnu pour la première fois l'existence d'une base aérienne dans le Nevada connue sous le nom de "zone 51", où, en raison du mystère qui l'a longtemps entourée, certains affirmaient que les débris d'une soucoupe volante tombée près de Roswell avait été transférés.

Les chasseurs d'ovnis et autres partisans des théories conspirationnistes en seront toutefois pour leurs frais: les documents récemment déclassifiés par la CIA ne mentionnent aucune recherche sur des petits hommes verts ou des vaisseaux extraterrestres.

Après des décennies de mystère autour de ce site perdu dans le désert du Nevada, à plus de 100 km de Las Vegas, les services secrets américains ont accepté à la demande de chercheurs de l'université George-Washington de lever une partie du voile sur leur programme U-2, un avion espion développé dans les années 1950 en pleine Guerre froide.

Dans un document de 400 pages, la CIA raconte notamment comment Richard Bissell, qui supervisait alors le développement des U-2 fabriqués par Lockheed, a pour la première fois repéré ce site lors d'une mission de reconnaissance aérienne au-dessus du Nevada en avril 1955.

Avec un représentant de l'armée de l'air et deux autres personnes, ils se sont posés près d'une vieille piste à l'abandon à la lisière d'un lac salé connu sous le nom de Groom Lake, non loin du site d'essais nucléaires du Nevada.

Les quatre hommes sont tombés d'accord pour considérer que Groom Lake constituerait "le site idéal pour effectuer des vols d'essai des U-2 et former les pilotes". Richard Bissell a alors demandé à la Commission de l'Energie atomique (AEC) d'acquérir le terrain.

"PARADISE RANCH"

"Le président de l'AEC, l'amiral Lewis Strauss, a facilement accepté et le président Eisenhower a également approuvé l'ajout de ce terrain désertique, connu sous son appellation cartographique de zone 51, au site d'essai du Nevada", est-il écrit dans ce document.

Afin de rendre ce site moins austère pour les employés, les responsables du programme U-2 ont décidé de le baptiser "Paradise Ranch", ultérieurement raccourci en "Ranch".

Professeur associé à l'université George-Washington, Jeffrey Richelson dit avoir déjà eu connaissance par le passé de deux autres documents officiels comprenant des références fortuites à la "zone 51". Dans le document obtenu cette fois, les références à la "zone 51" sont multiples et intentionnelles, affirme-t-il.

"C'est la première fois qu'il a dû y avoir une décision de haut niveau pour reconnaître le terme 'zone 51' et son emplacement précis", a-t-il dit vendredi à Reuters.

L'une des théories les plus connues au sujet de la "zone 51" porte sur une soucoupe volante qui se serait écrasée à Roswell, dans l'Etat du Nouveau-Mexique, en 1947 et dont les restes auraient été transportés dans cette base du Nevada afin d'y procéder à des expériences destinées à reconstituer le vaisseau extraterrestre.

Jeffrey Richelson souligne que les nouveaux documents de la CIA n'en font pas état. Selon lui, un passage évoque toutefois une relation entre les U-2 et des objets volants non identifiés "dans le sens où des gens apercevaient des U-2 alors qu'il s'agissait d'avions très secrets et volant à une altitude très élevée et qu'ils ne savaient pas ce que c'était, et dans ce sens il s'agissait d'ovnis".

Outre l'U-2, d'autres appareils ont été testés en secret sur cette base, tels l'avion supersonique de reconnaissance A-12, baptisé Oxcart, ou l'avion d'attaque F-117, précise Jeffrey Richelson.

Bertrand Boucey pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant