La chute des secteurs pétrolier et bancaire emporte les marchés

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en forte baisse, pénalisés par les valeurs pétrolières et bancaires. Les premières ont souffert en raison du nouveau recul des cours du pétrole, les secondes ont été emportées par les mauvais résultats d’UBS. Le CAC 40 a perdu 2,47% à 4 283,99 points et l’EuroStoxx a reculé de 2,29% à 2 951,85 points. La tendance est similaire aux Etats-Unis : le Dow Jones perdait 1,19% vers 17h30.

Comme c'est le cas depuis le début de l'année, la tendance sur les marchés actions a suivi celle du marché du pétrole. Or, au milieu de l'après-midi, le cours du baril de brent et celui de WTI perdaient plus de 4%, effaçant leurs gains des quinze derniers jours. Les raisons de l'effondrement sont bien connues : ralentissement de la croissance en Chine, tensions au sein de l'Opep, climat géopolitique dégradé au Moyen-Orient. A ces éléments s'est ajoutée aujourd'hui la perspective d'une nouvelle augmentation des stocks américains qui seront publiés demain.

Déjà pénalisées par cet environnement tourmenté, les valeurs pétrolières européennes ont également été mises sous pression par Standard & Poor's qui a mis sous surveillance avec implication négative les notes à long terme de six groupes pétroliers européens. Parmi eux se trouve BP qui, après avoir en plus publié des résultats 2015 très dégradés, a décroché de plus de 8%. A Paris, Total a perdu 4,49% et Technip 4,54%.

La dégradation des conditions sur le marché pétrolier explique aussi une partie de la mauvaise performance du secteur bancaire aujourd'hui. Dans une note, JPMorgan a réduit ses prévisions de bénéfices par action des principaux établissements français, craignant une augmentation des provisions en raison de cette exposition au secteur de l'or noir. Les résultats décevants d'UBS ont également accru la pression sur ces valeurs : l'indice sectoriel européen Stoxx 600 Banques a signé une des plus fortes baisses du jour, -4,02%.

En France, Société Générale (-6,35%) et BNP Paribas (-5,67%) ont signé les deux plus fortes baisses du CAC 40, dont toutes les composantes ont terminé dans le rouge. Hors CAC 40, Natixis a chuté de 5,86%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant