La chute des prix du pétrole allège le budget énergie des Français

le
0

Les Français consacrent 192 euros par mois en moyenne à leurs dépenses d'énergie. Soit 15 euros de moins qu'en 2014, selon le baromètre Sofinco. Ces dernières années, ils ont aussi modifié leurs comportements quotidiens pour réduire leur budget énergie.

La chute de plus de 50% des cours du pétrole depuis l'été 2014 produit enfin des effets positifs sur le budget des ménages français. Ces derniers dépensent 192 euros par mois en moyenne (130 euros pour ceux qui habitent en logement collectif et 224 euros pour ceux habitant une maison individuelle) pour faire face à leurs dépenses en énergie, soit 15 euros de mois qu'il y a un an (-7%) et autant qu'en 2012, selon le baromètre Sofinco*. «Les baisses successives du pétrole se sont répercutées à la fois sur les prix du fioul (375 euros en janvier 2015 contre 528 euros la tonne en janvier 2014) et jusqu'en septembre 2014 sur ceux du gaz», détaille l'étude. Cette tendance devrait se poursuivre pour de nombreux ménages, car les tarifs réglementés du gaz, appliqués par GDF Suez à 7,4 millions de foyers français, diminueront en moyenne de 3,46% au 1er mars.

Des comportements plus éco responsables

La quasi totalité des Français (97%) sondés par Sofinco affirment également avoir changé de comportement au quotidien pour réduire leur consommation d'énergie. La majorité (90%) affirme ainsi ne faire tourner les appareils ménagers (machine à laver, lave-vaisselle...) que lorsqu'ils sont pleins, privilégier la douche au bain (89%) et éteindre les appareils ménagers au lieu de les laisser en veille (76%, +4 points). De plus en plus de ménages (74%, +3 points) préfèrent aussi acheter des appareils à faible consommation. Seuls 21% (+3 points) disent faire jouer la concurrence entre les fournisseurs d'énergie.

D'autres réflexes permettent de faire baisser la note de chauffage, qui représente plus de 60% des dépenses d'énergie. Le plus simple, là aussi consiste à faire la chasse au gaspillage en adoptant de bons réflexes. À commencer par fermer les volets à la nuit tombée ou baisser les radiateurs pendant la journée lorsque le logement est vide. Le seul fait de réduire la température ambiante de 1 degré permet de faire baisser sa consommation d'énergie de 7%, explique l'Ademe. Bien entretenir la chaudière est aussi indispensable. Cela peut faire baisser la facture de 8% à 12% par an.

Les énergies renouvelables trop chères

Mais, ces bons réflexes ne suffisent pas toujours dans les logements anciens et mal isolés. Et des travaux sont nécessaires. Même si la majorité des sondés (90%) se disent favorable à la réalisation de travaux pour réduire leurs dépenses d'énergie, seuls 35% d'entre eux indiquent en avoir déjà réalisés, selon l'étude de Sofinco. La plupart du temps, pour isoler des combles (41% des sondés) ou pour poser des fenêtres avec double vitrage (58%).

«En revanche, 75% des sondés n'envisagent pas de changer de type d'énergie au profit d'une énergie renouvelable (en progression de deux points depuis 2014)», précise Étienne Epitalon, directeur du marché de l'équipement de la maison chez Sofinco. Essentiellement pour des questions financières. «Si pour 48% des Français l'impact positif des énergies renouvelables est visible sur leur budget, l'investissement financier que cela représente est un réel frein à la réalisation de ces travaux pour plus d'un Français sur deux», explique Étienne Epitalon.

*Étude réalisée par Opinon Way les 4 et 5 février 2015, auprès d'un échantillon de 1024 personnes âgées de 18 ans et plus (méthodes des quotas) et interrogées en ligne sur système Cawi

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant