La chute des exportations chinoises ravive l'aversion pour le risque

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont clôturé en nette baisse en raison d’un regain d’inquiétudes des investisseurs concernant la croissance mondiale. Le CAC 40 a perdu 1,06% à 4 405,17 points, au plus bas depuis près d’un mois, et l’EuroStoxx 50 a baissé de 1,1% à 2 975,04 points. La tendance est la même aux Etats-Unis où le Dow Jones perd 0,7% vers 17h30.

Le compte-rendu du dernier comité de politique monétaire de la Fed publié hier soir n'a pas sensiblement modifié les anticipations des investisseurs, qui dans leur grande majorité attendent toujours une hausse des taux avant la fin de l'année. Si les dirigeants de la Réserve fédérale ont de nouveau estimé que la perspective d'un nouveau resserrement s'était renforcée, ils ont aussi mis en avant le récent ralentissement de certains indicateurs, notamment ceux traduisant une amélioration du marché du travail.

Dans ce contexte, la politique monétaire a cédé la place aux considérations macroéconomiques dans l'esprit des investisseurs. Ces derniers ont particulièrement mal réagi à l'annonce d'une chute de 10% des exportations chinoises en septembre sur un an, alors que les économistes interrogés par Bloomberg prévoyaient un repli plus limité, de 3,3%.

Le plus inquiétant est que cette faiblesse des échanges de la Chine avec le reste du monde a été enregistrée dans un contexte de baisse du yuan, qui aurait dû accroitre la compétitivité des produits chinois exportés. La devise chinoise a chuté de 8% depuis début août, date de la décision de la banque centrale de donner plus de poids au marché des changes. Plus qu'un problème d'offre en Chine, la chute des exportations fait donc plutôt craindre une baisse de la demande mondiale de biens.

En raison de ce regain d'aversion pour le risque, les valeurs financières ont fait l'objet des principaux dégagements de la journée : BNP Paribas a perdu 2,9%, Société Générale 3,04% et Credit Agricole 3,22%.

A l'inverse, les foncières, fortes de la grande visibilité qu'elles offrent et de l'environnement de taux bas qui leur est actuellement très favorable, ont terminé en tête de l'indice parisien : Klépierre a gagné 0,81% et Unibail-Rodamco 1,87%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant