La chute de la présidente Dilma Rousseff laisse le Brésil sonné

le
1
Après sa suspension, Dilma Rousseff a fait une declaration au Palais Planato.
Après sa suspension, Dilma Rousseff a fait une declaration au Palais Planato.

Le nouveau chef de l’Etat par intérim promet une politique d’austérité et la poursuite de l’enquête « Lava Jato » sur un scandale de corruption. Les partisans de sa prédécesseure dénoncent un coup d’Etat.

Il était un peu plus de 11 heures, jeudi 12 mai, quand Michel Temer, 75 ans, a appris sa promotion : président du Brésil. Avec joie, mais sans surprise. Déjà averti du résultat du scrutin des sénateurs brésiliens, qui au petit jour, ont voté à 55 voix pour, 22 contre, l’ouverture d’une procédure de destitution contre la présidente Dilma Rousseff.

Lui qui se plaignait de n’être qu’un « vice-président décoratif », est maintenant chef de l’Etat par interim. Dilma Rousseff (Parti des travailleurs, PT, gauche) est suspendue pendant six mois maximum, avant d’être jugée par les sénateurs. La successeure de Luiz Inacio Lula de Silva, président de 2003 à 2010, est accusée de « pédalages budgétaires », une acrobatie comptable qui aurait enjolivé la réalité des finances publiques pour assurer sa réélection en 2014.

« Une farce juridique », selon la présidente. Une accusation montée de toutes pièces par ses ennemis pour s’emparer du pouvoir sans passer par les urnes, a-t-elle dénoncé avant de quitter le palais présidentiel du Planalto, jeudi matin, blessée par la « brutalité » de l’injustice, et déterminée à se battre jusqu’au bout pour dénoncer un « impeachment » qu’elle qualifie de « coup d’Etat » : « J’ai peut-être commis des erreurs, mais je n’ai pas commis de crime. » « La lutte pour la démocratie n’a pas de fin », a-t-elle enfin appelé, à l’adresse des fidèles venus la soutenir.

La foule était pourtant peu nombreuse à scander « Dilma guerreira » (« Dilma la guerrière »). Quelq...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 il y a 7 mois

    Si nos politiques en avaient et aimaient leur pays, il y a longtemps que mounigas premier serait déchu!