La Chine va reporter le vol inaugural de son avion C919-sources

le , mis à jour à 16:18
0

SINGAPOUR, 13 mai (Reuters) - Le vol inaugural du seul avion commercial entièrement conçu en Chine, le Comac C919, n'aura pas lieu à la date prévue et la première livraison pourrait être repoussée d'au moins deux ans, a-t-on appris de plusieurs sources proches du dossier. Un tel retard serait un nouveau revers pour Pékin, qui souhaite défier Airbus AIR.PA et Boeing BA.N sur le marché mondial. Le C919, un avion monocouloir d'une capacité de 156 à 158 passagers, serait en concurrence directe avec l'A320 d'Airbus et le Boeing 737. Son premier vol était initialement prévu mi-2015 mais deux sources ont déclaré qu'il serait repoussé au premier semestre 2016. La livraison du premier exemplaire, attendue pour 2018, devrait elle aussi être retardée, peut-être jusqu'en 2020, ont ajouté les sources. Si ces informations étaient confirmées, le C919 arriverait donc sur le marché après les futures nouvelles versions de l'A320 et du Boeing 737, prévues dans les deux ans à venir. Le groupe public Comac, responsable de la conception, du développement et de la production du C919, s'est refusé à tout commentaire. L'assemblage final du premier appareil prend plus de temps que prévu, ont expliqué les sources, qui ont requis l'anonymat car elles ne sont pas autorisées à parler à la presse. "Comac procède de manière extrêmement prudente avec le premier avion. Il vérifie systématiquement tout (...) afin qu'il n'y ait aucun problème de sécurité", a dit une source. Comac a reçu des engagements d'achat portant sur 450 exemplaires du C919, principalement de compagnies aériennes et de loueurs chinois. Un retard important handicaperait les chances de l'appareil de séduire des clients hors de la République populaire. "Tout retard est malheureux mais il est beaucoup plus important que l'avion soit sûr et fiable. La Chine développe le C919 avec à l'esprit des objectifs à long terme, elle doit être patiente et prudente", a dit une source proche de Comac. L'appareil doit être équipé de deux réacteurs Leap 1C construits par CFM, coentreprise entre l'américain General Electric GE.N et le français Safran SAF.PA . (Siva Govindasamy; Marc Angrand pour le service français, édité par Patrick Vignal)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant