La Chine, une opportunité pour les start-up françaises de la santé

le
0
La Chine, une opportunité pour les start-up françaises de la santé
La Chine, une opportunité pour les start-up françaises de la santé

Un nombre croissant de jeunes pousses françaises dans les sciences de la vie lorgnent vers la Chine pour y trouver des fonds et des partenaires industriels, un moyen de pénétrer cet immense marché de la santé gagnant rapidement en maturité.Les liens avec la Chine sont certes balbutiants pour les entreprises françaises du secteur, plus habituées à mener leurs affaires en Europe et aux Etats-Unis.En 2015, le continent américain hébergeait 55 filiales de sociétés françaises du secteur et 53 partenariats, contre 8 filiales en Chine et 4 partenariats, selon le dernier bilan annuel de l'association France Biotech, publié la semaine dernière.Et seulement 6% des capitaux investis dans les sociétés européennes des sciences de la vie cotées sur Euronext et Alternext provenaient l'an dernier de pays autres que la France, ses proches voisins et les Etats-Unis, selon ce rapport.Il n'empêche qu'en 2016, plusieurs sociétés hexagonales de technologies médicales ("medtechs") comme Theraclion, Theradiag et Median Technologies ont ouvert leur capital à des groupes chinois, qui ont pris des parts minoritaires pour quelques millions d'euros.Dans le cas de Theradiag, société de diagnostic in vitro et de théranostique (tests pour des thérapies personnalisées), l'entrée du chinois HOB Biotech dans son capital à hauteur de 11% fait suite à un partenariat commercial entre les deux sociétés."Les fonds d'investissement chinois sont plus intéressés d'investir dans des sociétés françaises si elles ont déjà des accords industriels avec des entreprises chinoises", estime Michel Finance, directeur général de Theradiag et vice-président de France Biotech."Dans les trois derniers mois j'ai été contacté par deux ou trois fonds chinois, parce qu'on avait notre accord avec HOB Biotech. Clairement il y a de l'argent, et il y a de l'envie" chez les investisseurs chinois, se réjouit-il.- Une rencontre France-Chine en 2017 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant