La Chine touchée par l'explosion des «divorces immobiliers»

le
0
Le nombre de couples ayant rompu leur contrat de mariage a bondi de 41% sur les neuf premiers mois de l'année. Le divorce permettant à ces derniers d'échapper à une taxe sur les plus-values immobilières.

Les sarcasmes se multiplient sur la Toile chinoise à propos des dérives provoquées par une récente initiative de la République populaire. De nombreux couples préfèrent en effet se séparer plutôt que de se faire taxer sur les plus-values immobilières, faisant ainsi grimper en flèche le taux de divorce dans les principales métropoles chinoises et notamment à Pékin.

«C'est le premier gouvernement qui réussit à faire flamber le nombre de divorces en voulant contrôler les prix de l'immobilier», ironise un internaute sur Weibo, le Twitter chinois. Près de 40.000 couples ont rompu leur contrat de mariage dans les neuf premiers mois de 2013 à Pékin, soit une hausse de 41% par rapport à la même période de l'an dernier, a indiqué, mardi, le Quotidien de la jeu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant