La Chine suspend le coupe-circuit sur ses marchés actions

le
0
 (Actualisé avec déclarations de la CSRC, précisions) 
    SINGAPOUR/SHANGHAI, 7 janvier (Reuters) - La Chine va 
suspendre dès vendredi le coupe-circuit en vigueur depuis lundi 
sur ses marchés actions, ont annoncé les Bourses de Shanghai et 
Shenzhen sur leurs sites internet jeudi, ce mécanisme censé 
prévenir un nouveau krach s'étant révélé contre-productif en 
favorisant la baisse des cours ces derniers jours.  
    Des analystes et des investisseurs ont critiqué ce 
dispositif, mis en place à la suite du krach de l'été dernier, 
en jugeant que ses seuils de déclenchement étaient trop bas et 
trop rapprochés pour lui permettre d'être efficace. 
    "Le mécanisme de coupe-circuit n'était pas la principale 
raison de la baisse des marchés. Simplement, il n'a pas 
fonctionné comme prévu dans la situation actuelle", a déclaré 
dans un communiqué Deng Ge, porte-parole de la Commission 
chinoise de contrôle boursier (CSRC).  
    "L'effet négatif du mécanisme a dépassé son effet positif." 
    L'autorité boursière chinoise a donc décidé de suspendre 
l'application du dispositif dans le but de contribuer à la 
stabilisation des marchés et pour se donner le temps d'étudier 
les moyens de l'améliorer, a-t-il ajouté.  
    En quatre séances depuis son activation, ce mécanisme a été 
utilisé à deux reprises, lundi et jeudi. 
    Ce coupe-circuit interrompt les transactions pendant un 
quart d'heure lorsque le CSI 300  .CSI300 , l'indice de 
référence des valeurs cotées à Shanghai et Shenzhen, varie de 5% 
à la hausse ou à la baisse. 
    Les transactions sont interrompues pour l'ensemble de la 
séance dès lors que la variation atteint 7%, ce qui a été le cas 
jeudi avec une chute de cet ordre moins d'une demi-heure après 
l'ouverture de la séance.   
    D'autres marchés boursiers, aux Etats-Unis, en Corée du Sud 
et au Japon entre autres, se sont dotés de coupe-circuits, dont 
l'efficacité a été éprouvée mais dont les seuils d'application 
sont généralement supérieurs à ceux retenus en Chine. 
     
 
 (Lee Chyen Yee et Samuel Shen; Bertrand Boucey pour le service 
français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant