La Chine s'ouvre davantage aux institutionnels étrangers

le
0
    HONG KONG/PEKIN, 5 septembre (Reuters) - La Chine a assoupli 
lundi sa réglementation sur les investissements institutionnels 
étrangers dans les actions et obligations locales, une mesure 
destinée à renforcer l'ouverture et l'attractivité de ses 
marchés. 
    Les nouvelles règles émises par l'Administration d'Etat des 
changes (SAFE) et la Banque populaire de Chine (BPC) augmentent 
les quotas en renminbi pour les investisseurs institutionnels 
qualifiés (RQFII), qui restent toutefois en vigueur. 
    Ils seront en outre accordés plus systématiquement aux 
institutionnels étrangers alors qu'ils l'étaient jusqu'ici au 
cas par cas par l'Administration d'Etat des changes. 
    Les fonds souverains étrangers, banques centrales et 
autorités monétaires ne sont pas concernés par ces restrictions 
et peuvent obtenir des quotas fondés sur leurs besoins 
d'investissement. 
    "Cela bénéficiera principalement aux gérants qui ont des 
actifs importants mais dont les quotas d'investissement étaient 
restreints", a déclaré un responsable d'une société de gestion à 
Hong Kong.  
    En février, les régulateurs chinois avaient déjà révisé le 
système de quotas pour les investissements en dollars afin là 
encore d'encourager des flux entrants.  
    Le programme RQFII, institué en 2011, permet aux 
institutions financières d'utiliser le yuan offshore afin 
d'acheter des actions et obligations en Chine continentale. 
    La Chine a attribué des quotas RQFII à une vingtaine de pays 
ou territoires mais à ce jour seul Hong Kong a épuisé sa limite 
de 270 milliards de yuans (36 milliards d'euros). 
     
 
 (Michelle Chen à Hong Kong, Yawen Chen et Elias Glenn à Pékin, 
Véronique Tison pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant