La Chine s'éveille à l'éducation sexuelle

le
4
LA CHINE S'OUVRE DOUCEMENT À L'ÉDUCATION SEXUELLE
LA CHINE S'OUVRE DOUCEMENT À L'ÉDUCATION SEXUELLE

SHANGHAI (Reuters) - Dans une anonyme chambre d'hôtel du centre de Shanghai, Ma Li travaille à lever le voile dissimulant l'un des plus vieux tabous de la culture chinoise : elle dispense des cours d'éducation sexuelle à des femmes.

La session de deux journées de formation est onéreuse : 2.500 yuans (410 dollars), ce qui représente environ la moitié du salaire moyen mensuel dans la mégalopole.

Pourtant, le nombre d'élèves qui viennent discrètement frapper à la porte de Ma ne cesse de croître, au point que celle-ci organise aussi des cours dans d'autres villes du pays.

Au programme de cette formation accélérée, de l'anatomie, de la psychologie et des techniques de comportements intimes.

Ma, qui est affiliée à l'Association mondiale des enseignants du sexe, mise sur une approche franche afin de donner à ses élèves la confiance qui leur fait souvent défaut.

Sont diffusées des vidéos de relations sexuelles orales pour la partie théorique. Des fruits taillés de manière appropriée servent à la partie pratique.

"Je n'ai reçu aucune éducation sexuelle", raconte Sophia Hu, une avocate de 30 ans. "Je pensais que le corps d'un homme ressemblait à celui d'un petit garçon".

Les cours ont commencé en janvier mais les inscriptions étaient complètes des semaines à l'avance, explique Ma, dont l'initiative a été reprise par une psychologue de Pékin, Zhenhong Li, qui organise depuis juillet des séances au cours desquelles les femmes viennent parler librement de ce sujet.

SUJET LONGTEMPS TABOU

La question du sexe a longtemps été taboue en Chine et l'attitude prude du Parti communiste, au pouvoir depuis 1949, n'a fait que renforcer ce trait culturel.

Les mentalités ont commencé à évoluer avec l'ouverture du pays sur le monde extérieur, la multiplication des voyages et des contacts avec l'étranger et l'influence croissante de la Chine sur la scène internationale.

"À Pékin, Shanghai et dans d'autres villes, les jeunes femmes sont très influencées par la culture occidentale, taïwanaise et coréenne et elles ont une attitude très moderne à l'égard du sexe", explique Jay Zheng, professeur d'obstétrique et de gynécologie à l'université de médecine de Kaohsiung à Taïwan. "Mais dans les zones rurales, les femmes ne connaissent pas tout cela".

Cette ignorance tient en premier lieu à l'absence de cours d'éducation sexuelle dans les écoles publiques.

IGNORANCE SOIGNEUSEMENT ENTRETENUE

En 2011, un couple de Wuhan qui venait de se marier a fait la une des journaux parce que le mari et la femme ont cru - pendant trois ans - que le seul fait de dormir ensemble dans le même lit suffisait à déclencher une grossesse.

L'homme et la femme, tous deux diplômés de l'enseignement supérieur, n'ont découvert leur erreur qu'à la faveur d'une visite chez le médecin qui leur a expliqué que la conception exigeait un rapport sexuel.

"Le système scolaire chinois se concentre sur les notes et tous les sujets qui ne permettent pas une évaluation chiffrée sont remplacés par d'autres qui se prêtent à la notation", explique Maggie Hu, qui travaille pour SexualityZone, organisme spécialisé dans l'éducation sexuelle basé à Guangzhou.

Les femmes qui assistent au cours dispensés par Ma Li viennent de toute la Chine et de différents milieux sociaux.

Certaines, âgées d'une vingtaine d'années, font cette démarche pour préparer leur premier rapport sexuel, d'autres approchant la quarantaine et divorcées cherchent à retrouver confiance en elles.

De nombreux parents abordent cette question de la sexualité mais en tenant un discours alarmiste et en prônant l'abstinence, précise Ma.

"Certaines de mes clientes racontent que leur mère leur affirmait qu'une relation sexuelle faisait l'effet d'être frappé par une balle de pistolet", dit Ma. "Certaines grandissent en ayant la conviction que le sexe est une chose dangereuse et vraiment honteuse".

Pour Sophia Hu, qui à 30 ans se prépare à sa première relation, les cours de Ma l'ont aidée à surmonter son anxiété et à comprendre le plaisir.

"Lorsque je ferai l'amour, je serai plus détendue. Je n'aurai pas aussi peur".

Rédaction de Shanghai, Pierre Sérisier pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppetitj le mercredi 11 sept 2013 à 17:00

    Ben ils sont déjà 1,5 milliards c'est pas suffisant ?

  • manx750 le mercredi 11 sept 2013 à 16:50

    jusqu(ici en Chine le sexe était bridé !

  • M9385839 le mercredi 11 sept 2013 à 16:28

    abus reporté

  • M9385839 le mercredi 11 sept 2013 à 16:04

    ils ont quasi tous des micro pen is ds cette region du globe....alors quoi faire avec si petit???