La Chine riposte en enquêtant sur les vins européens

le
4
LA CHINE ET LES VINS EUROPÉNS
LA CHINE ET LES VINS EUROPÉNS

par Terril Yue Jones

PEKIN (Reuters) - Le ministère chinois du Commerce a annoncé mercredi l'ouverture d'une enquête sur les importations de vin de l'Union européenne, répliquant ainsi à la décision de la Commission européenne de taxer les panneaux solaires importés de Chine.

L'UE doit imposer jeudi une hausse des droits de douane aux panneaux solaires fabriqués en Chine, mais elle sera bien inférieure à ce qui avait été évoqué initialement, et Bruxelles compte poursuivre ses discussions avec Pékin.

Dans un communiqué publié sur son site internet, le ministère rappelle qu'il est "résolument opposé" à la hausse des droits de douane et dit espérer que le contentieux sera résolu de manière bilatérale.

"L'UE s'est obstinée à imposer des droits de douane injustes sur les importations chinoises de panneaux solaires", dit-il.

"Le ministère du Commerce a déjà été sollicité par le secteur viticole intérieur qui accuse les vins importés d'Europe de pénétrer sur le marché chinois par le biais de méthodes commerciales iniques tels que le dumping et les subventions", ajoute-t-il.

"Nous avons observé une hausse rapide des importations vinicoles de l'UE ces dernières années et nous entreprendrons cette enquête conformément à la loi".

Le dossier des panneaux solaires chinois est le plus important conflit commercial jamais engagé par Bruxelles et constitue un test de la capacité des pays de l'UE à se rassembler sur des sujets touchant au commerce international, malgré les menaces de représailles des pays visés.

Cela étant, la décision chinoise apparaît largement symbolique et d'une portée moins importante que si Pékin avait visé par exemple les importations d'Airbus.

"CONDAMNABLE"

La France a jugé "déplacée et condamnable" la menace de la Chine de surtaxer les vins européens.

"On prend ça très au sérieux, on étudie la portée des mesures, qui ne sont pas connues avec précision", a-t-on déclaré au ministère du Commerce extérieur.

"La manière dont c'est présenté nous paraît tout à fait déplacée et condamnable, à savoir le fait que le dossier ne soit pas traité pour son économie propre mais parce qu'une décision a été prise dans un autre domaine."

Réagissant avec prudence, le ministre allemand de l'Economie, Philipp Rösler, a renouvelé l'appel de Berlin à une solution négociée, mettant en garde contre le danger d'une plus vaste confrontation commerciale.

"L'UE doit toujours négocier et je pense qu'il est encore possible de s'asseoir rapidement à la table des négociations et de s'accorder sur un cadre équitable pour éviter une guerre commerciale qui frapperait bien plus de secteurs que le seul photovoltaïque", a-t-il déclaré à la télévision allemande.

TROISIÈME MARCHÉ POUR LA FRANCE

Toute action a peu de chances de plaire aux consommateurs chinois. "Nous, les Chinois, adorons les vins français, qui sont sophistiqués et se boivent si facilement", explique Niu Lanxiang, une jeune employée faisant ses emplettes de vin dans un supermarché du quartier chic de Sanlitun, à Pékin.

"Je sais que le vin est une coutume occidentale mais la Chine est aussi désormais un pays moderne et nous apprenons à le savourer". Néanmoins, tous les Chinois ne sont pas de cet avis, certains n'hésitant pas boire du vin mélangé à des boissons gazeuses américaines.

La Chine a importé 430 millions de litres de vin l'an dernier, dont plus des deux tiers en provenance de l'UE, selon les statistiques des douanes chinoises. Les importations en provenance de France ont atteint 170 millions de litres.

La Chine est le troisième marché à l'export en valeur pour les vins et spiritueux français, avec un chiffre d'affaires d'un milliard d'euros en 2012, soit 9% des exportations de vins et spiritueux français, selon la Fédération des Exportateurs de Vins et Spiritueux de France (FEVS).

La filière viticole bordelaise s'est dite vigilante après l'annonce de la Chine, son premier client à l'exportation.

L'enjeu pour le plus grand vignoble de vins fins du monde est de taille. La Chine pèse aujourd'hui plus de 20% des exportations avec une progression constante pour atteindre 538.000 hectolitres, soit 72 millions de bouteilles en 2012.

Enfin, l'UE est le premier partenaire commercial de la Chine. En revanche, pour l'UE, la Chine ne vient qu'en deuxième position derrière les Etats-Unis. Les exportations chinoises dans l'UE ont représenté 290 milliards d'euros en 2012. Dans l'autre sens, elles ont atteint 144 milliards d'euros.

Avec les rédactions de Berlin, Bruxelles et Paris, Hélène Duvigneau et Jean-Loup Fiévet pour le service français, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet le mercredi 5 juin 2013 à 20:44

    l'europe n'a pas les moyens de déclarer la guerre aux chinois; en attendant ce sont les viticulteurs français qui vont dérouiller

  • francka5 le mercredi 5 juin 2013 à 14:18

    L'Europe doit se montrer ferme face à une politique "anti-commerce équitable"!

  • M5005891 le mercredi 5 juin 2013 à 13:14

    Il faut etre ferme et condamner les fabricants chinois de contre-facon.

  • M5005891 le mercredi 5 juin 2013 à 13:12

    Il faut donc enqueter sur les produits namufactures de chine, tant sur la qualité sanitaire que sur les conditions indigne du travail.