La Chine réclame un rôle accrû dans la gestion de l'internet

le
0
La Chine réclame un rôle accrû dans la gestion de l'internet
La Chine réclame un rôle accrû dans la gestion de l'internet

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a demandé jeudi un plus grand rôle pour Pékin dans la gestion de l'internet mondial, appelant à davantage d'"ordre", sans mentionner la censure qu'exerce son gouvernement sur la toile."Nous croyons en un internet ouvert, transparent et, par-dessus tout, sûr", a dit Li en marge d'une conférence mondiale sur internet organisée par la Chine."Ceci nécessite un internet partagé et gouverné par tous - toutes les parties concernées sont égales", a-t-il ajouté en s'adressant à des représentants du fabricant de technologies mobiles américain Qualcomm et du réseau social professionnel LinkedIn. Li a rencontré les dirigeants des principales sociétés internet chinoises ainsi que les représentants de groupes étrangers, dans la ville de Hangzhou (est).Sa visite a été perçue comme une tentative d'accroitre la visibilité de la Conférence universelle de l'internet, qui s'est tenue dans la ville de Wuzhen.L'organisation de défense des droits de l'homme Amnesty International a affirmé que la conférence marquait la volonté de Pékin d'étendre au reste du monde son modèle de stricte supervision d'internet.Le gouvernement communiste chinois bloque l'accès dans son pays à plusieurs sites d'information occidentaux ainsi que les réseaux sociaux Twitter, Facebook et YouTube. Li a reconnu que l'e-commerce constitue un moteur de l'économie chinoise, mais a appelé à "de l'ordre" sur un internet qui autorise beaucoup de liberté."Sans ordre, l'internet ne serait pas un espace sûr et crédible", a-t-il dit.Le fondateur du géant du commerce en ligne Alibaba, Jack Ma, a confié à Li sa volonté de construire une "version mondiale" de la plateforme d'e-commerce Taobao, qui génère actuellement 90 pour cent des transactions entre consommateurs en Chine."Nous aurons une version mondiale de Taobao, qui permet par exemple à des acheteurs aux Philippines de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant