La Chine, porte de l'internet nord-coréen ?

le
0
La Chine, porte de l'internet nord-coréen ?
La Chine, porte de l'internet nord-coréen ?

La cyber-attaque subie par Sony, dont les Etats-Unis rendent Pyongyang responsable, et la paralysie de l'internet nord-coréen qui a suivi suscitent de multiples spéculations sur le rôle de la Chine, unique intermédiaire entre le réseau du pays ermite et le reste du monde.Les Etats-Unis accusent Pyongyang d'être responsable de l'attaque contre Sony Pictures, qui a conduit la société à annuler dans un premier temps la sortie de sa comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le leader nord-coréen Kim Jong-Un.Le FBI a imputé cette cyber-attaque, revendiquée par le groupe de pirates informatiques GOP (Guardians of peace), à la Corée du Nord, qui a nié toute implication.Mais si la responsabilité du pays ermite concentre l'attention, nombre d'analystes estiment que des pirates nord-coréens n'auraient pu agir sans la bienveillance, voire l'appui jusqu'à un certain point, de la Chine, principal allié et soutien économique de Pyongyang.- Pirates nord-coréens en Chine ? -Ainsi, pour les quatre réseaux internet dont dispose la Corée du Nord, tout le routage passe par China Netcom, filiale du géant chinois des télécommunications China Unicom. Et certaines estimations font état de "milliers" de pirates nord-coréens basés en Chine même.Washington a d'ailleurs proposé à Pékin de mener une enquête conjointe et "demandé sa coopération", a confié un haut responsable de l'administration américaine à l'AFP."Les capacités de connexion à l'internet en Corée du Nord sont très limitées, vu le nombre d?adresses IP (numéro d'identification d'un appareil connecté, ndlr) dans le pays" --à peine plus d'un millier, contre 200 millions au Japon--, explique Masahiko Iimura, porte-parole de la société de sécurité LAC. D'où la nécessité de s'appuyer sur le réseau chinois.Interrogé par l'AFP, un responsable de China Unicom a indiqué, sous couvert d'anonymat, qu'il n'avait "aucune information qui ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant