La Chine plus regardante sur ses huiles végétales

le
0

Commodesk - Les autorités sanitaires chinoises ont renforcé les critères d'importation d'huile de palme, requérant que les huiles végétales arrivant dans leurs ports soient de qualité équivalente à celles produites localement. Auparavant, le critère retenu était la qualité à l'expédition.

Ces nouvelles exigences posent question aux exportateurs malaisiens, qui se demandent vers où rediriger les 300.000 tonnes d'oléine qu'ils envoient mensuellement vers la Chine. Jusqu'ici, les huiles végétales défectueuses étaient re-raffinées sur place. Les acheteurs chinois voudraient en faire supporter le coût à l'expéditeur, à compter du 1er janvier, en application d'un texte datant de 2009.

Les exportateurs malaisiens, raffineurs et négociants, redoutent que d'autres pays adoptent des barrières douanières similaires. Les quantités d'huile en stock en Malaisie pourraient augmenter de 7% par rapport au 2,5 millions de tonnes recensées fin novembre, ce qui se ressentirait négativement sur les cours.

95% de l'huile exportée vers la Chine répond aux critères, le reste s'étant acidifié durant le transport, estime le conseil malaisien de l'huile de palme. La Chine achète annuellement pour 3 milliards d'euros d'huile à la Malaisie.

De son côté, Gapki, l'association des producteurs d'huile de palme indonésien, s'attend à une réduction de moitié des volumes que la Chine absorbera en janvier par rapport aux mois précédents, soit 750.000 tonnes.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant