La Chine lance un géant du maritime face à la crise du secteur

le
0
    par Brenda Goh 
    SHANGHAI, 18 février (Reuters) - En créant un nouveau géant 
du transport maritime, la Chine  lance un défi aux leaders AP 
Moller Maersk  MAERSKb.CO  et Mitsui O.S.L. Lines  9104.T , mais 
les analystes estiment que le mastodonte chinois doit réduire 
ses effectifs et son carnet de commandes s'il veut résister à 
l'une des pires crises de l'histoire du secteur. 
    Issu de la fusion des deux anciens concurrents China Ocean 
Shipping (Group) Company  COSCO.UL  et China Shipping Group 
 CNSHI.UL , China Cosco Shipping Corporation (COSCOCS) possèdera 
l'une des plus importantes flottes de vraquiers, de 
porte-conteneurs et de tankers au monde. 
    Mais sa création coïncide avec l'une des périodes les plus 
noires du transport maritime, engagé dans la plus longue  
récession de ses 30 dernières années. 
    Selon les prévisions du cabinet d'études spécialisé Drewry, 
les armateurs devraient accuser une perte globale de cinq 
milliards de dollars (4,49 milliards d'euros) cette année à 
cause de la faiblesse des tarifs et des volumes et de la hausse 
des charges d'exploitation. 
    "Peu de compagnies maritimes sont actuellement en mesure de 
faire face aux difficultés du moment. Peut-être que le premier 
défi consiste à faire maigrir la nouvelle entité issue de la 
fusion. Sans cela, elle va continuer à perdre de l'argent à un 
rythme plus rapide", dit l'analyste Charles De Trenck. 
    Ces armateurs sont déficitaires depuis des années, depuis 
que la crise financière a mis fin au boom du fret maritime, les 
navires commandés avant le retournement baissier ayant créé une 
situation de surcapacités et ramené les tarifs à des plus bas 
sans précédent.  
    Lors de la cérémonie de lancement de COSCOCS, le président 
de la compagnie Xu Lirong, qui a reconnu que le secteur 
traversait sa plus forte crise depuis 2008, a affirmé que les 
fusions étaient la solution. 
    Toutefois, a-t-il dit, COSCOCS a fait savoir à ses salariés 
qu'il n'y aurait ni réduction des salaires, ni licenciements, 
une stratégie pratiquée par de nombreux entreprises publiques 
chinoises mais que les professionnels jugent irraisonnée. 
    "Pour moi ils passent à côté d'une occasion unique 
d'améliorer leur compétitivité", dit un responsable d'une 
société concurrente basé en Chine. 
    COSCOCS emploie 180.000 salariés, plus du double de Maersk. 
    Le groupe chinois possède 830 navires de tous types, ce qui 
représente près du double des flottes combinées de Maersk et de 
Mitsui O.S.K Lines, selon des données publiées par le 
spécialiste VesselsValue, qui ne prennent pas en compte les 
navires affrétés. 
    Cette fusion de grande ampleur en Chine intervient deux mois 
après le rachat, pour 2,2 milliards d'euros, du singapourien 
Neptune Orient Lines  NEPS.SI  par le français CMA CGM, numéro 
trois mondial du transport maritime, afin de renforcer sa 
présence sur les routes trans-pacifiques.   
 
 (Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant