La Chine fustige les États-Unis

le
0
Après l'abaissement de la note américaine, la Chine estime être «en droit d'exiger que l'État fédéral s'attaque à son problème de dette». La France redit sa confiance dans la solidité de l'économie américaine

L'ère des vaches grasses est finie. La Chine, qui reçoit depuis des années des leçons de politique économique par les États-Unis, principalement en matière de change, se venge. Alors que S&P vient de sacrifier le triple A des États-Unis, Pékin, le plus gros détenteur d'obligations américaines dans le monde - et de loin, avec 1.160 milliards de dollars de bons du Trésor américain dans les tiroirs selon des chiffres de Washington publiés en mai dernier - estime désormais avoir «tous les droits d'exiger des États-Unis qu'ils s'attaquent à leur problème structurel de dette».

Le gouvernement chinois estime que S&P n'a fait que confirmer une «horrible vérité». Celle qui a été mise en lumière par l'agence de notation chinoise Dagong, qui a dégradé le triple A américain dès le lendemain de l'accord conclu pour relever le plafond de la dette. Selon elle, «les jours où l'oncle Sam, perclus de dettes, pouvait facilement dilapider des quantités infinies d'e

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant