La Chine finit de construire les abris pour missiles des Spratleys

le
0
    WASHINGTON, 22 février (Reuters) - La Chine a presque fini 
de construire deux dizaines de structures sur des îles 
artificielles en mer de Chine méridionale qui semblent être 
conçues pour stocker des missiles sol-air de longue portée, ont 
dit à Reuters deux responsables américains. 
    Ce développement va conduire nombre d'observateurs à se 
demander si et comment les Etats-Unis vont réagir étant donné 
l'engagement pris par la nouvelle administration Trump d'adopter 
une ligne ferme par rapport à la Chine en mer de Chine 
méridionale. 
    Les membres de l'Association des nations de l'Asie du 
Sud-Est (Asean) espèrent que le président américain Donald Trump 
va dresser rapidement un "tableau plus concret et plus clair" de 
ses intentions dans la région, en particulier à l'égard de la 
Chine, a déclaré mardi le ministre des Affaires étrangères des 
Philippines. 
    De son côté, le département d'Etat a dit que le secrétaire 
d'Etat Rex Tillerson s'était entretenu mardi avec le plus haut 
responsable de la diplomatie chinoise et qu'il avait affirmé 
l'importance d'une relation sino-américaine constructive. 
    Pékin revendique la quasi-totalité de la mer de Chine 
méridionale, où transitent chaque année 5.000 milliards de 
dollars de biens. Les Philippines, Bruneï, la Malaisie, Taiwan 
et le Vietnam contestent ces prétentions. 
    L'Asia Maritime Transparency Initiative (AMTI) a dit en 
décembre que la Chine avait fait installer ce qui semble être 
des systèmes de défense antiaériens et antimissiles sur les sept 
îles artificielles qu'elle a fait construire sur des récifs de 
mer de Chine méridionale. 
    Ce cercle de réflexion avait également dit avoir observé 
depuis juin la construction de structures hexagonales sur les 
récifs de Fiery Cross, de Mischief et de Subi, dans l'archipel 
des Spratleys. La Chine y avait déjà fait construire de longues 
pistes d'atterrissage.   
    L'administration Trump a qualifié d'illégale la construction 
par la Chine de ces îles artificielles en mer de Chine 
méridionale. 
    Ces derniers jours, des responsables américains avaient dit 
que la construction de bâtiment en béton, avec des toits 
rétractables sur les récifs de Fiery Cross, de Mischief et de 
Subi pouvait être considérée comme une escalade militaire. 
    Un porte-parole du Pentagone a déclaré que les Etats-Unis 
restaient attachés à une "non-militarisation de la mer de Chine 
méridionales", exhortant toutes les parties prenantes à agir en 
conformité avec le droit international. 
    L'ambassade de Chine à Washington n'a pas répondu dans 
l'immédiat à une demande de commentaire. 
    Lors de sa confirmation par le Sénat le mois dernier, Rex 
Tillerson avait provoqué la colère de Pékin lorsqu'il a dit 
qu'il fallait interdire aux Chinois l'accès aux îles qu'ils sont 
en train de construire. 
    Le secrétaire d'Etat a ensuite modéré ses propos et Donald 
Trump a ensuite cherché à apaiser encore davantage les tensions 
en disant, le 10 février, attaché au respect du principe de la 
"Chine unique".   
 
 (Idrees Ali, Benoit Van Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant