La Chine fait machine arrière et revalorise marginalement le yuan

le , mis à jour à 14:36
4

La banque centrale chinoise a décidé vendredi de revaloriser légèrement le yuan, après l'avoir sensiblement dévalué en trois jours.
La banque centrale chinoise a décidé vendredi de revaloriser légèrement le yuan, après l'avoir sensiblement dévalué en trois jours.

Après trois baisses successives du taux de référence du yuan face au dollar, Pékin a décidé vendredi de revaloriser sa devise. La hausse du yuan reste toutefois marginale : +0,05% aujourd’hui, sans incidence particulière sur les marchés.

Cette fois-ci, la banque centrale chinoise (PBoC) a tenu parole. Hier, les autorités chinoises avaient réfuté en conférence de presse l’idée selon laquelle elles chercheraient à abaisser davantage la parité du yuan face au dollar. Dont acte : la banque centrale a même décidé vendredi d’une légère revalorisation du yuan face à la monnaie de l'oncle Sam (+0,05%), allant dans le sens contraire du mouvement observé ces trois derniers jours.

Mercredi, la même banque centrale avait surpris en décidant d’une seconde dévaluation du yuan, alors qu’elle avait annoncé la veille que la première dévaluation était une opération n’étant pas vouée à être renouvelée.

Pour rappel, « la Chine établit administrativement chaque matin un cours pivot autour duquel sa monnaie ne pourra pas varier de plus de 2 %, à la hausse ou à la baisse. Pour établir ce cours avant chaque séance, l’autorité des changes dit sonder les grands acteurs du marché et suivre l’évolution des principales devises », explique Le Monde.

Vendredi, « le taux pivot de la monnaie a été modifié très marginalement : la Banque populaire de Chine (BPC) ayant fixé ce cours pivot de la devise chinoise à 6,3990 yuans pour un dollar, soit un raffermissement par rapport à la veille (6,4010 yuans) », explique Christian Parisot, chef économiste d’Aurel BGC.

Comme la veille, « la banque centrale chinoise a assuré aujourd'hui que les fondamentaux économiques de la Chine ne justifiaient pas une dépréciation accrue du yuan », poursuit-il.

Malgré l’absence d’une nouvelle dévaluation compétitive de la monnaie chinoise, « le spectre d’une guerre des monnaies devrait rester ancré dans les esprits des opérateurs boursiers », estime pour sa part le courtier XTB. Les regards restent tournés vers les Etats-Unis pour savoir comment va réagir la première puissance mondiale. Le dollar fort pourrait en effet pénaliser l’économie américaine, rendue moins compétitive (lire aussi : Avec la dévaluation chinoise, la hausse des taux de la Fed pourrait être reportée).

X. Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jean.coq le vendredi 14 aout 2015 à 14:51

    "Comment va réagir la première puissance mondiale ... " bientot, très bientot cela sera de l'histoire ancienne. Et c'est ce qui fait c... le plus les ricains.

  • jean.coq le vendredi 14 aout 2015 à 14:46

    La chine n'a rien fait. Elle a tout juste adapté le taux de change aux besoins du marché. Ce n'est pas la première fois et ce ne sera pas la dernière. Les américains se sont longtemps plaint du taux de change rigide. Maintenant ils se plaignent que la Chine adapte ses taux de changes au marché. Comme disait si bien G Marchais. "C'est un scandale"

  • SM7 le vendredi 14 aout 2015 à 14:44

    Ça c'est hyper-dangereux ! La bourse à horreur de l'incertitude et là on nage en plein dedans ! Ça craint un peu tout de même !

  • glaty le vendredi 14 aout 2015 à 14:42

    C'est une attitude que je qualifierai de " schizophrène ''