La Chine exclut un atterrissage brutal de son économie

le
0
    par Pete Sweeney et Xiaoyi Shao 
    PEKIN, 6 mars (Reuters) - L'économie chinoise n'est pas 
menacée d'un atterrissage brutal et ne plombe pas l'économie 
mondiale, a déclaré dimanche le président de la Commission 
nationale du développement et de la réforme (CNDR), le principal 
organe de planification du pays, en expliquant que l'instabilité 
de l'économie mondiale constituait un risque pour la croissance 
de la République populaire.  
    Samedi, au premier jour de la session annuelle de 
l'Assemblée populaire nationale (APN), Pékin a dit viser une 
croissance d'au moins 6,5% par an sur les cinq prochaines 
années, tout en reconnaissant que cet objectif ne serait pas 
facile à atteindre.   
    La deuxième économie mondiale a connu en 2015 une croissance 
de 6,9%, la plus lente depuis 25 ans même si elle demeure la 
plus élevée parmi les principales économies de la planète. Pour 
2016, elle vise une expansion de 6,5% à 7%.  
    Mais les investisseurs s'interrogent sur sa capacité à 
maintenir un tel rythme tout en adaptant son modèle économique 
pour passer de celui fondé sur l'investissement et les 
exportations à un modèle s'appuyant davantage sur les services 
et la consommation.  
    "La Chine ne connaîtra absolument pas un atterrissage 
brutal", a déclaré Xu Shaoshi, le chef de la CNDR, lors d'une 
conférence de presse. "Ces prévisions d'un atterrissage brutal 
sont vouées à une impasse." 
    Il a ajouté que Pékin s'emploierait à améliorer 
"l'efficacité" de ses investissements, laissant entendre que les 
dépenses publiques seraient mieux ciblées qu'auparavant.  
    Samedi, le Premier ministre, Li Keqianq, a dévoilé une série 
d'objectifs économiques allant de la consommation d'énergie aux 
créations d'emploi sans préciser véritablement comment les 
autorités entendaient les atteindre.  
    Surtout, Pékin table sur un déficit budgétaire de 3% du 
produit intérieur brut (PIB) cette année, certes en hausse par 
rapport à celui de 2,3% de 2015 mais jugé décevant par certains 
observateurs, qui tablaient sur une hausse plus marquée de la 
dépense publique afin de doper la croissance.  
     
    DES RISQUES MONDIAUX MULTIPLES 
    "Globalement, je pense que les performances économiques sont 
restées dans une fourchette raisonnable (depuis 2015)" a dit Xu 
Shaoshi dimanche, ajoutant que les jugements sur la situation de 
l'économie chinoise devaient prendre en compte le changement de 
modèle en cours, qui fait des services un nouveau moteur au 
détriment de l'investissement. 
    Concernant l'emploi, alors que Pékin avait évoqué ces 
dernières semaines la possibilité de coupes claires dans les 
effectifs des secteurs du charbon et de l'acier afin de réduire 
leurs surcapacités, Xu Shaoshi a exclu que cela se traduise par 
des vagues de licenciements massifs.  
    La croissance économique va créer davantage d'emploi et cela 
compensera l'impact des réductions de capacités, a-t-il dit.  
    Il a toutefois reconnu que la conjoncture économique 
mondiale était porteuse de défis pour la Chine cette année.  
    "D'abord, nous estimons que la lenteur de la reprise et la 
faiblesse des taux de croissance de l'économie mondiale vont se 
maintenir pendant un certain temps", a-t-il dit.  
    "Nous ne pouvons pas non plus ignorer les risques liés à 
l'instabilité des marchés financiers (mondiaux) et à la chute 
des prix des matières premières, ni les risques géopolitiques." 
    Il a précisé que Pékin avait l'intention de lancer  
plusieurs programmes pilotes associant capitaux publics et 
privés dans les secteurs du pétrole, du gaz naturel et du 
transport ferroviaire.  
    La Chine compte environ 150.000 entreprises publiques qui 
gèrent plus de 100.000 milliards de yuans (13.950 milliards 
d'euros) d'actifs et emploient plus de 30 millions de personnes, 
selon l'agence de presse officielle Chine nouvelle.  
     
 
 (Marc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant