La Chine et des opérations de fusions ont soutenu Wall Street

le
0
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS
LA CLÔTURE DES MARCHÉS AMÉRICAINS

par Rodrigo Campos et Ryan Vlastelica

NEW YORK (Reuters) - De solides statistiques chinoises et des nouvelles sur le front des fusions et acquisitions (M&A) ont stimulé Wall Street lundi, d'autant que la menace de frappes aériennes en Syrie se fait plus imprécise.

Le Nasdaq a ainsi clôturé à un niveau sans précédent depuis septembre 2000.

Le ministre syrien des Affaires étrangères a accueilli favorablement lundi la proposition russe de placer l'arsenal chimique de Damas sous contrôle international.

"Tous les sondages montrent que (le président Barack) Obama aura du mal à obtenir le feu vert (du Congrès); ça peut être suffisant pour retarder toute action ou au moins introduire une dose de prudence dans quelque action que ce soit", dit Donald Selkin (National Securities). "Dans les deux cas, le marché en tirerait profit".

Le taux d'inflation mesuré par les prix à la consommation est resté stable en août, tandis que les prix à la production ont poursuivi leur décrue, confirmant la stabilisation de l'économie chinoise après les chiffres meilleurs que prévu des exportations et l'amélioration des indices PMI.

Du côté des M&A, Koch Industries rachètera le fabricant de connecteurs électroniques Molex pour 7,2 milliards de dollars. Le fonds Ares Management et l'Office d'investissement du régime de pensions du Canada ont eux passé un accord pour le rachat de la chaîne de magasins de luxe Neiman Marcus pour six milliards de dollars.

L'action Molex a bondi de 31,66% à 38,63 dollars.

"Il y a une belle brochette de 'deals' et ça laisse toujours une bonne impression sur la santé du marché", a dit Quincy Krosby (Prudential Financial).

L'indice Dow Jones gagne 140,62 points (0,94%) à 15.063,12. Le Standard & Poor's prend 16,54 points (1,00%) à 1.671,71. Le Nasdaq Composite avance de 46,17 points (1,26%) à 3.706,18.

RALENTISSEMENT ATTENDU DE LA FED

Le S&P-500 a accumulé les gains sur cinq séances d'affilée, enregistrant une avancée de près de 2%, mais les sources de volatilité du marché ne manquent pas, disent les analystes, que ce soit la Syrie, l'éventualité d'un dénouement de la politique d'assouplissement quantitatif de la Réserve fédérale ou encore le débat sur le plafond de la dette au Congrès américain.

La Fed devrait annoncer un ralentissement de ses 85 milliards de dollars mensuels de rachats d'actifs à l'issue de sa réunion de politique monétaire des 17 et 18 septembre, montre lundi une enquête effectuée par Reuters auprès d'un panel d'économistes.

Aux valeurs, l'immobilier a bien progressé, avec un indice PHLX en hausse de 3,90%, le marché pariant sur un plafonnement des taux de crédit immobilier, qui avaient monté récemment, accompagnant un fléchissement des taux des Treasuries qui avaient atteint un pic de deux ans.

Progression également des valeurs des ressources de base avec un gain de 1,52%.

Le titre Blackberry coté sur le Nasdaq a pris 6,37% à 11,53 dollars, le Sunday Times ayant rapporté que son principal actionnaire Prem Watsa avait rassemblé une somme importante en vue d'un éventuel renflouement du fabricant de smartphones.

Delta Air Lines a gagné 9,4% à 21,76 dollars. La compagnie aérienne remplacera BMC Software au sein du S&P-500 le 10 septembre après la clôture.

Wilfrid Exbrayat pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant