La Chine empêche deux indépendantistes de Hong Kong de siéger

le
0
    PEKIN, 7 novembre (Reuters) - Le parlement chinois a voté 
une interprétation de la Loi fondamentale de Hong Kong disant 
que les élus doivent prêter allégeance à la ville comme faisant 
partie de la Chine, ce qui constitue l'intervention la plus 
directe de Pékin dans le système judiciaire du territoire depuis 
sa rétrocession de 1997. 
    Le texte devrait en effet empêcher deux députés 
indépendantistes élus en septembre de prendre leurs fonctions au 
sein du Parlement de Hong Kong. 
    Dimanche, la police hongkongaise a affronté des militants 
pro-démocratie près du bureau de la représentation chinoise où 
un rassemblement s'était formé pour protester contre cette 
volonté de Pékin de bloquer l'entrée au Parlement local de 
partisans de l'indépendance du territoire.   
    L'agence de presse Chine nouvelle a rapporté que le 
parlement chinois a décidé, à l'issue de sa session bimensuelle 
régulière, que les deux députés indépendantistes ne pouvaient 
sièger au parlement de Hong Kong s'ils refusaient de se 
conformer aux procédures légales au moment de prêter serment. 
    Le parlement chinois s'est appuyé sur l'article 104 de la 
Loi fondamentale, qui fait office de constitution de Hong Kong, 
qui dit que les élus doivent prêter allégeance à Hong Kong comme 
faisant partie de la Chine au moment de prendre leurs fonctions. 
    L'intervention de Hong Kong est susceptible de galvaniser 
les partisans de la démocratie dans le territoire, où certains 
craignent que le régime politique autonome dont jouit le 
territoire soit menacé. 
 
 (Michael Martina à Pekin, Greg Torode et Venus Wu à Hong Kong, 
Benoît Van Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant