La Chine confirme un objectif de croissance de 7,5%

le
0
LA CHINE VISE UNE CROISSANCE DE 7,5% EN 2014
LA CHINE VISE UNE CROISSANCE DE 7,5% EN 2014

par Kevin Yao

PEKIN (Reuters) - La Chine vise une croissance de son produit intérieur brut (PIB) d'environ 7,5% en 2014, a déclaré mercredi le Premier ministre Li Keqiang en ouverture de la session annuelle du Parlement, l'Assemblée populaire nationale (APN).

Cet objectif, quasiment identique à la croissance de 2013 (7,7%) et conforme aux prévisions de la plupart des analystes, s'inscrit dans le cadre de l'ambitieux programme de réformes dévoilé en novembre lors du plénum du comité central du Parti communiste.

Ce programme vise à rééquilibrer le développement de la deuxième économie mondiale, quitte à en ralentir le rythme légèrement, en réduisant sa dépendance aux investissements et aux exportations au profit d'un renforcement de la demande intérieure.

Li Keqiang a ajouté mercredi que l'objectif d'inflation serait maintenu à environ 3,5% en 2014 et que la Chine allait progresser vers la convertibilité de sa devise, le yuan.

Les autorités chinoises prévoient pour 2014 un budget de 15.300 milliards de yuans (1.800 milliard d'euros), avec un déficit représentant environ 2,1% du PIB, soit un taux inchangé par rapport à 2013, a précisé le ministère des Finances.

Ces annonces conformes aux attentes indiquent que le programme de réformes est bien engagé mais de manière prudente.

"Cela devrait signifier que les décideurs politiques disposent d'une marge de manoeuvre suffisante pour faire en sorte que la croissance reste à un niveau suffisant tout en mettant en oeuvre les réformes", a écrit la banque HSBC dans une note rédigée avant cette session parlementaire.

Pour les analystes, les réformes envisagées, telles que la réduction du poids de l'administration publique ou les fermetures d'usines endettées dans des secteurs en surcapacité, seront mises en oeuvre progressivement et avec prudence en raison des risques d'explosion du chômage et de déstabilisation sociale du pays.

Dans son allocution devant les 3.000 délégués de l'APN retransmise en direct à la télévision publique, Li Keqiang a en outre promis mercredi que son gouvernement allait déclarer "la guerre à la pollution", devenue un sujet de préoccupation majeure, voire de colère, pour les Chinois.

Il n'est pas rare que les niveaux de pollution de l'air dans certaines villes chinoises dépassent les seuils de danger pour la santé des habitants.

Les autorités comptent agir sur les tarifs afin de promouvoir les énergies non fossiles et réduire la consommation dans les secteurs de la sidérurgie et du ciment, qui sont parmi les principales sources de la pollution atmosphérique.

(Avec Michael Martina, Li Hui et David Stanway; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant