"La Chine choisissant le dalaï-lama, c'est Castro nommant le pape"

le
0

DHARAMSALA, Inde, 10 mars (Reuters) - La Chine choisissant un successeur au dalaï-lama, c'est comme si Fidel Castro désignait le prochain pape, a estimé mardi le Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, en réponse à des propos des autorités chinoises. Lundi, le gouverneur de la province chinoise du Tibet avait estimé que le dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains en exil, profanait le bouddhisme en suggérant qu'il ne serait pas réincarné à sa mort. Selon la tradition tibétaine, l'âme des grands lamas revit dans le corps d'un enfant après sa mort. Le gouverneur du Tibet, Padma Choling, lui-même Tibétain, estime que la tradition doit continuer et que la Chine doit approuver le prochain dalaï-lama, comme elle a approuvé l'actuel. Mais le lauréat du prix Nobel de la paix, qui a fui son pays en 1959, a plusieurs fois suggéré que la tradition pourrait prendre fin à sa mort. Il a également indiqué qu'il pourrait ne pas renaître en Chine si le Tibet n'était pas libéré. "Cela ne concerne ni Padma Choling, ni le Parti communiste, essentiellement parce que le communisme croit en l'athéisme et estime que la religion est un poison", a déclaré le Premier ministre du gouvernement tibétain en exil, Lobsang Sangay. "C'est comme si Fidel Castro disait: 'Je choisirai le prochain pape et tous les catholiques devront suivre.' C'est ridicule", a déclaré Lobsang Sangay, qui, comme le dalaï-lama, vit à Dharamsala en Inde. Ce commentaire survient à l'occasion de la commémoration du soulèvement manqué du Tibet contre la Chine en 1959 qui avait contraint le dalaï-lama à s'enfuir en Inde. A New Delhi, une manifestation marquant cet événement a opposé des Tibétains aux forces de l'ordre devant l'ambassade de Chine. Les Tibétains ont par ailleurs toujours recours aux immolations par le feu pour protester contre la domination chinoise. Une femme est morte ainsi le 5 mars dans la région de Ngawa au Tibet, a annoncé la Campagne internationale pour le Tibet. (Abhishek Madhukar; Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant