La Chine assure sa part dans les vastes réserves pétrolières brésiliennes

le
0
En achetant 40% des activités brésiliennes de la compagnie espagnole Repsol, le géant chinois du pétrole Sinopec vient de réaliser la deuxième acquisition, par ordre d'importance, de la Chine à l'étranger.

Chine, Brésil, deux géants aux intérêts bien compris. En achetant 40% des activités brésiliennes de la compagnie espagnole Repsol, le géant chinois du pétrole Sinopec vient de réaliser la deuxième acquisition, par ordre d'importance, de la Chine à l'étranger. L'opération se fera à la faveur d'une augmentation de capital, pour un montant de 7,1 milliards de dollars (5,18 milliards d'euros).

Devenu cette année le plus gros consommateur mondial d'énergie, l'ogre chinois ne se contente pas d'acheter tous azimuts les matières premières nécessaires à alimenter sa croissance. Il investit aussi afin de contrôler les précieuses sources d'hydrocarbure.

La découverte récente d'immenses réserves pétrolières au large du Brésil dans le bassin Santos, enfouies sous une épaisse couche de sel, a fait de la locomotive latino-américaine le nouvel eldorado de l'Amérique latine.

L'annonce de Repsol et Sinopec, diffusée ce vendredi, intervient d'ailleurs au lendemain d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant