La Chine a arrêté un mécanisme de communication avec Taïwan

le
0
    PEKIN, 25 juin (Reuters) - Le gouvernement chinois a dit 
samedi qu'il avait arrêté un mécanisme de communication avec 
Taïwan en raison du refus la nouvelle équipe au pouvoir de l'île 
de reconnaître le principe d'"une seule Chine", dernier exemple 
en date d'une montée des tensions entre Pékin et Taipeh. 
    La Chine,  qui considère Taïwan comme une province, se méfie 
beaucoup de la nouvelle présidente Tsai Ing-wen, entrée en 
fonctions le mois dernier, dont le parti, le Parti démocratique 
progressiste (PDP), inclut dans sa charte une clause 
privilégiant "une République de Taïwan souveraine et 
indépendante". 
    Tsai Ing-wen a déclaré le mois dernier qu'elle maintiendrait 
la statu quo entre la Chine et Taïwan, ajoutant qu'elle était 
déterminée à préserver la paix.  ID:nL5N18H07Q  
    Mais la Chine veut qu'elle reconnaisse le "consensus de 
1992", le fruit d'un accord entre les communistes chinoises et 
les nationalistes taïwanais alors au pouvoir selon lequel les 
deux parties conviennent qu'il n'existe qu'une seule Chine, 
chacun pouvait interpréter à sa guise cette expression. 
    Dans un bref communiqué publié par l'agence de presse 
officielle Chine nouvelle, le Bureau des affaires taïwanaises de 
la Chine a dit que, depuis le 20 mai, jour de l'investiture de 
Tsai Ing-wen, Taïwan n'a pas réaffirmé ce consensus. 
    "Parce que la partie taïwanaise n'a pas pris acte du 
consensus de 1992, cette base politique commune qui pose le 
principe d'une seule Chine, le mécanisme de communication à 
travers le Détroit de Taïwan a déjà été arrêté", a dit un 
porte-parole du bureau. 
    Cette annonce intervient peu après que le gouvernement 
taïwanais s'est agacé de voir le Cambodge expulser 25 taïwanais, 
accusées de fraude par Pékin, vers la Chine, ignorant les 
tentatives de responsables taïwanais de les rapatrier sur l'île. 
    Il y a une vingtaine de jours, le nouveau ministre taïwanais 
de la Défense a assuré que l'île ne reconnaîtrait pas une zone 
de défense aérienne que pourrait proclamer Pékin sur la mer de 
Chine méridionale.  ID:nL8N18Y0EC  
    La Chine n'exclut pas de recourir un jour à la force pour 
ramener dans son giron Taïwan, où se réfugièrent les 
nationalistes en 1949. 
 
 (Ben Blanchard, Benoît Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant