La chasse au trading à haute fréquence est ouverte

le
0

(lerevenu.com) - Un procureur de New York a commencé à enquêter pour le compte du régulateur américain (SEC) des marchés d'actions sur les abus du trading à haute fréquence (THF). Eric Schneiderman a d'ores et déjà déclaré que cette activité consistant à programmer des ordinateurs pour passer des rafales d'ordres de Bourse en un temps record devrait faire l'objet d'une réglementation beaucoup plus stricte qu'aujourd'hui : «Les marchés boursiers offrent un avantage d'exécution de quelques millièmes de secondes à certains intervenants.»

Pour son enquête, le procureur a déjà demandé des informations à Nyse Euronext , au Nasdaq, à OMX et à un certain nombre de marchés boursiers alternatifs qui hébergent dans leurs locaux les serveurs des sociétés de trading à haute fréquence. Il leur est ainsi plus facile de connaître, avant tout le reste du marché, un certain nombre d'informations clés, sur les volumes et les prix des actions. 

Dans un entretien accordé au Revenu, à paraître le 21 mars prochain, Jean-François Lepetit, ex-président de la COB, devenue l'AMF, et auteur d'un livre récent sur les dysfonctionnements des marchés financiers, critique ces entorses à l'équité : «Pour moi, le trading haut fréquence, n'est pas très différent du front running, c'est-à-dire du délit consistant à profiter d'une information que le marché ignore encore.?La différence est que l'on utilise des systèmes informatiques opérant

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant