La chasse au rendement va continuer

le
0
(NEWSManagers.com) -
Pour Jean-Marie Mercadal, directeur général adjoint en charge des gestions chez OFI Asset Management, le scénario d' une rechute de l' économie (" double dip" ) n' a pas sa préférence. Cela étant, il faut malgré tout s' attendre à une croissance molle durable qui ne va pas inciter les banques centrales à modifier leurs politiques accommodantes. En conséquence, les taux monétaires vont rester proches de leurs plus bas niveaux et les investisseurs vont devoir s' employer à chasser le rendement. Les obligations gouvernementales étant trop chères en valorisation historique, OFI AM estime qu' il est préférable de se diversifier sur d' autres segments, notamment sur le high yield avec des taux offerts de l' ordre de 6% à 8%, ou encore sur les obligations émergentes.

Du côté des actions, les valorisations ont rarement été aussi attractives au cours des trente dernières années mais OFI AM émet quelques réserves sur le court terme. Pour au moins trois raisons. Tout d' abord, nous sommes peut-être entrés dans une ère structurelle de faible valorisation des actions, estime Jean-Marie Mercadal, les marchés attribuant désormais aux actions une nouvelle prime de risque, plus prudente compte tenu de la volatilité observée et d' un contexte de faible croissance. Ensuite, le momentum positif depuis mars 2009 de révision des bénéfices risquent d' être moins favorable au cours des prochaines semaines en raison des incertitudes économiques liées aux plans d' austérité. Enfin, il n' y a pas véritablement d' acheteurs finaux d' actions actuellement en raison de l' aversion au risque et des réglementations à venir comme Solvabilité II.

Dans ce contexte, OFI AM préfère les grandes valeurs, plutôt européennes, dont les valorisations sont inférieures à leurs homologues américaines. Les actions émergentes restent également intéressantes. Leurs valorisations sont supérieures à celles des places occidentales mais loin d' être excessives et cohérentes avec le fort potentiel à long terme. Et les investisseurs sont encore sous-pondérés sur ce segment au sein de leur allocation actions, relève Jean-Marie Mercadal.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant