La chasse au bureaucrate est ouverte

le
1
La chasse au bureaucrate est ouverte
La chasse au bureaucrate est ouverte

Jamais là où on l'attend. L'Américain David Graeber aime brouiller les pistes. L'universitaire controversé (il a dû quitter Yale pour ses prises de position anarchistes) s'est fait connaître en 2011 par un livre, traduit en français deux ans plus tard,

Dette : 5 000 ans d'histoire. Il y démontrait que les hommes ont toujours vécu à crédit. Et ce, avant même l'invention de la monnaie. Son message subliminal ? Il n'y a rien de grave à continuer de contracter des dettes même si l'on vit au-dessus de ses moyens, le système financier international étant voué à disparaître tôt ou tard. Autre sous-texte : contrairement à ce qu'avance la doxa libérale, l'histoire de l'humanité a été rythmée par des annulations régulières de créances, qui furent la condition de la survie des sociétés. Malgré l'outrance de son propos, l'ouvrage avait connu un très grand succès outre-Atlantique, David Graeber étant devenu au même moment une figure « médiatique » en prenant la tête du mouvement de contestation Occupy Wall Street. Quatre ans (et autant de livres) plus tard, le revoilà qui débarque en librairie avec une critique féroce de la « bureaucratie » (1).

Désormais installé au Royaume-Uni, où il enseigne l'anthropologie à la London School of Economics, une prestigieuse école rejointe à la rentrée par Thomas Piketty, le quinquagénaire au look d'adolescent y taille un costard sur mesure aux « ronds-de-cuir ». Son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.