La charge des amis de DSK contre les primaires socialistes

le
0
Certains au PS veulent les abandonner, d'autres demandent à Hollande, Royal et Aubry de renoncer dès maintenant.

C'est le «paradoxe Dominique Strauss-Kahn» : être ultrafavori mais redouter la bataille. Si le directeur général du FMI, champion de tous les sondages pour 2012, donne tous les signes de son envie d'être le prochain président de la République, ses partisans ont l'air de craindre les primaires socialistes ! Prévues pour octobre, elles sont censées permettre aux sympathisants de gauche de choisir leur candidat. Mais, de plus en plus ouvertement, certains soutiens de DSK militent pour les vider de tout enjeu, voire pour décider leur abandon pur et simple. Ils redoutent que la logique de division, au PS, l'emporte sur le rassemblement.

«Oublions ces primaires dangereuses», préconise le président de la région Bourgogne, François Patriat. Pour lui, il faut en revenir au mode de désignation traditionnel au PS : le vote des seuls militants, avec le moins de candidats possibles. Bref, presque une formalité pour Dominique Strauss-Kahn, «candidat qui s'impose comme le plus

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant