La chance sévillane de Nasri

le
0
La chance sévillane de Nasri
La chance sévillane de Nasri

Encombrant du côté de Manchester, Samir Nasri s'est envolé en toute fin de mercato pour Séville. Un départ salvateur, à en croire ses premiers pas réussis avec le maillot de Séville, qui pourrait se transformer en réussite si le Marseillais conserve cette forme.

D'une légère déviation du dos, ou du cul, c'est selon, Gabriel Mercado grille la politesse à Samir Nasri, auteur d'un coup-franc succulent amenant l'ouverture du score face au Betis. Par la-même, l'Argentin, unique buteur du derby sévillan, devient le nouveau favori des tribunes du Sanchez-Pizjuan au profit de son camarade marseillais qui, trois jours plus tard, récidive. Cette fois sur la pelouse de San Mamés, le Français régale ses coéquipiers et ouvre son compteur but sevillista au grand bonheur de son entraineur Jorge Sampaoli, pourtant chafouin à cause du premier revers en Liga des siens : "Nasri a signé un match énorme, à hauteur de ses qualités, et il va nous apporter beaucoup cette saison. Il devient le guide de l'équipe et nous sommes très enthousiastes à l'idée qu'il nous apporte ce plus dont a besoin l'équipe en terme de qualité". Un compliment rare dans la bouche du technicien argentin qui en dit long sur l'intégration réussie de son meneur de jeu. À défaut d'être déjà gagné, le pari de son recrutement prend des airs de réussite. Tout du moins, Samir Nasri peut déjà se targuer de s'être mis une bonne partie du FC Séville dans sa poche.

Monchi : "Je ne suis pas un policier"


Lorsque, par mégarde ou par crétinisme, Ahmed Yahiaoui, ami d'enfance et espoir déchu de la formation hexagonale, poste sur Instagram une vidéo présentant ses vacances made in Las Vegas, Samir Nasri y fait son apparition entre une bouteille d'alcool et des pochons de marijuana. Une vidéo qui entraine une rentrée médiatique fracassante pour le joueur de Manchester City, plus apte à se faire entendre par voie de presse que par ses performances sur le pré. Car plus encore que ces pitreries sur les réseaux sociaux, le Marseillais sort d'un exercice presque blanc (treize petites apparitions la saison passée). Autant d'incertitudes qui interrogent sur le bien fondé de son recrutement par le FC Séville. Interrogé sur ce sujet par la Cadena Ser, Monchi, directeur sportif star des Palanganas, la joue franc-jeu : "Cela fait seize ans que je fais ce métier et l'une des premières choses que je me suis promis, c'est de ne pas être un policier. Ma relation avec les joueurs est basée sur la confiance. Je ne suis pas un répressif. J'ai parlé avec Samir comme j'avais parlé avec Banega, Rami… La seule…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant