La chance inouïe de Cavenaghi

le
0

Jamais titularisé cette saison en Copa Libertadores, Fernando Cavenaghi, idole de River Plate, débutera ce soir dans son Monumental, pour la finale retour face à Tigres. Une opportunité inespérée, qui le met face à son destin. Celui d'un sacrifice rouge et blanc.

"Gagner la Libertadores serait la parfaite conclusion de ma carrière." Cette phrase, de Fernando Cavenaghi, date de mars 2014. Cavegol initiait alors son troisième - et dernier - cycle à River Plate. A l'époque, le Millonario était encore groggy et moqué pour son passage historique en B Nacional, la deuxième division locale. Moins d'un an et demi plus tard, River a remporté le championnat d'Argentine (le Final 2014) et la Copa Sudamericana (avec l'élimination de Boca Juniors en bonus), et dispute ce mercredi soir, à la maison, la finale retour de la Copa Libertadores, pour la première fois depuis 1996 (après avoir de nouveau sorti Boca en huitièmes). Des exploits soudains inattendus, fruits d'une parfaite gestion économique et sportive du club par les nouveaux dirigeants (le trio D'Onofrio-Francescoli-Gallardo, principalement). Et Cavenaghi dans tout ça ? Il enrichit son palmarès, mais se contente des seconds rôles. Longtemps blessé au pied, trop lourd et pas assez mobile dans le schéma de jeu dynamique du Muñeco, il joue au renard des surfaces lors des matchs contre les petits en championnat. Mais ce soir, l'ancien Bordelais, numéro 9 dans le dos et brassard autour du biceps, sera bien titulaire face au Tigres de Gignac. Autant un choix par défaut qu'un pari de Gallardo.

"C'est le match le plus important de sa carrière"


L'annonce a été faite en conférence de presse, à 48 heures du choc. L'ancien Monégasque donne son 4-4-2, et surprise, c'est Cavenaghi qui accompagne le jeune Alario en attaque. "C'était une des options que l'on avait, et j'ai décidé de miser sur lui. Il attendait une possibilité comme celle-là. C'est un grand joueur, qui va nous apporter son expérience et ce sens du but qu'il a encore, pour mettre au fond tout ce qui traîne dans la surface. Je lui avais dit de ne jamais baisser les bras, il a toujours répondu présent, même s'il jouait peu. D'après ce qu'il m'a dit, c'est le match le plus important de sa carrière." Le départ de Teo Guttiérez et la blessure au match aller de Rodrigo Mora ont obligé Gallardo à repenser son attaque. Cavenaghi, aucune titularisation, aucun but et 72 petites minutes en tout et pour tout depuis le début de la compétition, aura donc la chance de marquer encore un peu plus l'histoire du club, lui le dixième meilleur buteur de River Plate avec ses 112 pions en 211 matchs. Une opportunité inespérée : au mois…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant