La «chambre de service» reste une mine d'or à Paris

le
1
Des toits de Paris, le 17 mars 2015. (© K. Tribouillard / AFP)
Des toits de Paris, le 17 mars 2015. (© K. Tribouillard / AFP)

Avec 2.500 ventes par an en moyenne depuis 1990 sur un parc estimé à environ 115.000, le marché des chambres de service de la capitale demeure un «marché de niche, selon l'étude Trois décennies d'immobilier à Paris publiée par la Chambre des notaires de Paris Ile-de-France.

Issue de l'analyse de la base de données BIEN des notaires qui enregistre les transactions immobilières, l'étude considère comme chambre de service un «petit logement sans confort d'une surface inférieure à 15 m2, dépourvu de salle de bain», dont le WC se trouve «sur le palier ou en commun».

Les loges de gardiens ou les studios vendus en annexe d'un appartement principal, ainsi que «des lots déclarés en studios ou studettes, mais inférieurs à 15 m2 situés au-dessus du 4e étage et sans salle de bain», sont aussi considérés comme des chambres de service.

Un marché désormais très encadré

Dans les années 1990 où il n'existait encore aucune législation sur la surface minimum pour la mise en location, les transactions ont bondi à 3.000 par an car "ce type d'investissement à la rentabilité élevée apparaissait plus intéressant que l'achat d'un studio ou d'un appartement standard", selon les notaires.

Mais les ventes annuelles de ces micro-logements sont descendues à 2.500 lorsque ce marché est devenu très encadré avec la législation sur le logement décent, la taxation sur les micro-logements et

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 il y a 11 mois

    une " mine d'or " ah bon......? Sortez d' abord 100 000 euro , Louez 400/450 E enlevez 20% de charges