La chaleur fait grimper la consommation d'électricité

le
3
La canicule qui sévit actuellement sur la France se traduit par une consommation en hausse de 2000 mégawatts (MW). En cause notamment, le recours accru à la climatisation.

Le mercure qui grimpe n'est pas sans répercussions sur le réseau électrique. Actuellement, les températures, qui affichent près de 4° supplémentaires par rapport aux normales saisonnières, entraînent une consommation d'électricité en hausse de 2000 mégawatts (MW), en raison notamment du recours accru à la climatisation. À titre de comparaison, l'EPR, le réacteur nucléaire de troisième génération actuellement en chantier à Flamanville (Manche), dispose d'une puissance installée de 1650 MW.

Réseau de transport d'électricité (RTE), la filiale d'EDF en charge des lignes haute et très haute tension, rappelle qu'à partir de 18° en été, chaque degré supplémentaire entraîne une consommation en hausse de l'ordre de 500 MW. RTE rappelle aussi qu'il n'y a actuellement aucune tension sur le réseau et que l'ensemble de la France est alimentée sans le moindre problème.

Le risque pourrait venir de la température des rivières

Cela n'empêche pas les installations nucléaires d'être particulièrement surveillées car l'eau, dans le cadre des opérations de refroidissement, joue un rôle primordial. Le débit des cours d'eau ne présente aucune inquiétude, confirme à ce sujet l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) car il a abondamment plu ces derniers mois.

En revanche, le risque pourrait venir de la température des rivières, qui est réglementée. Les centrales nucléaires rejettent dans les fleuves et rivières l'eau qu'elles prélèvent pour refroidir les réacteurs. L'eau rejetée en aval des réacteurs, réchauffée au cours du processus, est plus chaude qu'en amont. Elle ne doit pas dépasser une température, fixée, site par site, par la réglementation. La sûreté n'est pas en cause, la mesure est destinée à protéger l'environnement. L'ASN peut exceptionnellement autoriser un dépassement de seuil comme ce fut le cas lors de la canicule de 2003. «Mais on n'en est pas là», assure-t-on à l'ASN où aucun signal d'alerte n'est remonté.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le mardi 23 juil 2013 à 10:04

    A partir de 18° et jusqu'à 23° je doute que ce soit les climatisations peut etre les frigos et congélateurs ?

  • y.tiruz le mardi 23 juil 2013 à 09:36

    les pompes à chaleur çà ne sert à rien ???

  • dupon666 le lundi 22 juil 2013 à 23:48

    dans le temps on allait à la cave....ça faisait augmenter la consommation de pinard