La chaleur estivale tire la consommation électrique en France

le
1
La consommation française d'électricité a plus importante que l'année dernière, en juillet (2%) et en août (1%). (Yulia von Eisenstein/shutterstock.com)
La consommation française d'électricité a plus importante que l'année dernière, en juillet (2%) et en août (1%). (Yulia von Eisenstein/shutterstock.com)

(AFP) - La chaleur estivale a poussé les Français à recourir davantage à la climatisation, et donc à consommer un peu plus d'électricité en juillet et août, mais la canicule a aussi fait chuter la production hydraulique, a indiqué mardi RTE.

La consommation française d'électricité a atteint 34,6 térawattheures (TWh) en juillet et 31,3 TWh le mois suivant, soit respectivement 2% et 1% de plus que l'année précédente "en raison d'un recours à la climatisation plus important" pour affronter des températures plus élevées, a précisé le gestionnaire du réseau à haute tension dans son aperçu mensuel sur l'énergie électrique.

La consommation de la grande industrie a poursuivi sa progression, et celle des PMI/PME et des particuliers s'est rétablie.

La production s'est quant à elle établie à 41,7 TWh en juillet et à 38,9 TWh en août. Le nucléaire est resté de loin la première source de production électrique du pays avec 79,9% du total en juillet et même 82% le mois suivant, "soit la part la plus élevée observée depuis sept ans", a souligné RTE.

En revanche, la sécheresse entraînée par la canicule a fait chuter de 30% la production hydraulique sur chacun des deux mois, à respectivement 4 et 3,4 TWh.

"La canicule a par ailleurs engendré des points de consommation en juillet, ce qui a provoqué un recours accru aux centrales thermiques à combustible fossile", a encore précisé la filiale autonome d'EDF.

La production éolienne et solaire a également augmenté par rapport à la période correspondante en 2014 grâce à des conditions climatiques favorables et à la progression du parc installé. "Avec 9.873 MW (mégawatts, ndlr) de puissance éolienne installée à fin août 2015, le palier des 10 GW (10 gigawatts ou 10.000 MW, ndlr) de puissance installée est désormais proche", selon RTE.

La France a également exporté plus de courant qu'elle n'en n'a importé cet été. Le solde exportateur a même atteint un nouveau record en juillet, à 15,6 GW, à la suite de la mise en oeuvre d'une nouvelle méthodologie de calcul des capacités d'échange d'électricité avec la zone Allemagne-Belgique (couplage de marchés fondé sur les flux, ou flow-based en anglais).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • heimdal le mercredi 16 sept 2015 à 08:50

    Ben ouais heureusement qu'il y a Fessenheim.