La chaîne Best Western aide ses adhérents à investir

le
0

Confrontée à un repli de ses performances en France, la chaîne hôtelière lance un partenariat original avec Bpifrance pour faciliter l'accès à des prêts bancaires pour ses adhérents et leur permettre de se moderniser.

Alors que le débat sur le manque de compétitivité du tourisme français se développe, la coopérative hôtelière Best Western et l'organisme financier Bpifrance (codétenu par l'État et la Caisse des dépôts et consignations) apportent leur pierre à l'édifice pour améliorer la situation. Ils viennent de conclure un partenariat (sur trois ans reconductible) permettant de constituer un fonds de garantie accessible aux 318 établissements adhérents du réseau. Le fonds, abondé à parité par les deux partenaires, disposera de 2 millions d'euros dès cette année auxquels s'ajouteront 600.000 euros supplémentaires chaque année.

Ce fonds permettra aux hôteliers d'engager dès cette année jusqu'à 7,5 millions d'euros de «prêts de développement» de Bpifrance destinés à financer des acquisitions d'hôtels, des transmissions, des rénovations ou des mises aux normes. D'un montant de 100.000 à 200.000 euros, ce prêt offre l'avantage d'être sans caution personnelle et remboursable sur sept ans dont deux avec différé d'amortissement de capital. Il permet ensuite de bénéficier d'une garantie pour un prêt bancaire classique sachant que les deux partenaires n'interviendront au maximum qu'à hauteur de la moitié des besoins des emprunteurs.

Une année 2014 «compliquée»

«Nos adhérents rencontrent une difficulté grandissante pour lever des fonds auprès des banques, explique Olivier Cohn, directeur général de Best Western France. C'est pourquoi nous avons monté ce partenariat avec Bpifrance et créé un comité d'investissement interne afin de valider les dossiers.» Dans son bilan annuel, la chaîne américaine organisée en coopérative relève une croissance de son chiffre d'affaires mondial de 3,5% à 1,43 milliard de dollars, bien loin des 8% gagnés en 2012. Mais surtout, le réseau affiche un recul de 4,32% du chiffre d'affaires réalisé par la centrale de réservation en France pour atteindre 46,7 millions d'euros. Une contre-performance que le groupe impute notamment à la situation difficile que connaissent bons nombre d'hôtels hors des principales grandes villes.

D'ailleurs Best Western ne se montre pas très optimiste pour 2014, «une année qui s'annonce compliquée et pour laquelle nous n'avons pas encore de frémissements sensibles pour un bon retour d'activité», selon Olivier Cohn. Le groupe se console avec la progression du chiffre d'affaires issu de son programme de fidélité (+1,4%, à 44 millions d'euros) et la forte progression de ses ventes via son application mobile. Et il espère que son initiative financière permettra d'accompagner la montée en gamme du réseau avec la multiplication d'ouverture des établissements sous l'appellation Best Western Plus et Best Western Premier (qui ont représenté 53% des nouveaux hôtels ayant rejoint l'enseigne en 2013).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant