La CGT tente de paralyser la filière pétrolière

le
0
Sur le port de Marseille, la grève entre dans sa troisième semaine. Les raffineries manquent de brut et sont menacées de blocages.

À Marseille

Les salariés des terminaux pétroliers du port de Marseille-Fos sont depuis vendredi dernier dans leur troisième semaine de grève, sous la conduite de la CGT. Pour s'opposer à la réforme portuaire, ils poursuivent le blocage du ravitaillement de quatre raffineries de la région (Total à La Mède, Esso à Fos, LyondellBasel à Berre et Ineos à Lavéra) ainsi que de celles de Feyzin à Lyon et de Reichstett en Alsace. Ces installations, alimentées par pipeline, représentent au total 40% de la capacité française. Cinquante-six bateaux patientent actuellement dans la rade en attendant de pouvoir décharger leur cargaison.

Faute d'approvisionnement, l'unité de Total-La Mède a démarré dimanche son processus d'arrêt, et ne distille désormais plus de pétrole brut. Le même processus a été décidé hier soir chez Ineos. Et l'arrêt des autres raffineries est «prévisible dans les prochains jours», selon l'Union des industries pétrolières.

Pour compliquer l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant