La CGT, la CFDT et Sud rejettent le plan social à La Redoute

le
5
SELON LA CGT, LES TROIS PRINCIPAUX SYNDICATS DE LA REDOUTE ONT REFUSÉ DE SIGNER LE PLAN SOCIAL
SELON LA CGT, LES TROIS PRINCIPAUX SYNDICATS DE LA REDOUTE ONT REFUSÉ DE SIGNER LE PLAN SOCIAL

par Pierre Savary

LILLE (Reuters) - Les trois principaux syndicats de l'enseigne de vente par correspondance La Redoute, ex-filiale de Kering, ont refusé de signer le protocole d'accord présenté par la direction sur le plan social, a déclaré vendredi un responsable syndical de la CGT.

"Aucun des trois syndicats CGT, CFDT, SUD n'a signé l'accord proposé par la direction", a déclaré à des journalistes Fabrice Peeters, responsable CGT, à l'issue d'un comité d'entreprise.

La direction de La Redoute avait donné jusqu'à 14h00 aux syndicats pour signer ce plan, déjà paraphé par la CFE-CGC, minoritaire. Elle avait précisé qu'un rejet de l'accord entraînerait la fin du processus de cession engagé avec Kering et qu'elle s'en remettrait alors au tribunal de commerce.

Kering avait de son côté prévenu que l'avenir de l'enseigne dépendait de l'acceptation en l'état du plan social présenté par la direction.

Le groupe a cédé La Redoute en décembre dernier pour un euro symbolique à deux dirigeants de la société, Nathalie Balla et Eric Courteille.

"Une procédure de sauvegarde ou une procédure de redressement judiciaire sont désormais des suites possibles", a estimé l'avocat des salariés, Maître Mario Califano.

La nouvelle direction a récemment annoncé la suppression de 1.178 postes, avec des départs étalés sur quatre ans et un maximum de 700 départs contraints. Kering s'est de son côté engagé à financer le projet des repreneurs et les mesures sociales à hauteur de 520 millions d'euros.

La direction de La Redoute propose une indemnité minimale de départ volontaire de 20.000 euros, à laquelle s'ajoute 750 à 1.200 euros selon les cas par année d'ancienneté, plus un mois de salaire pour les 50-54 ans et deux mois pour les 55 ans et plus. Les syndicats réclamaient une indemnité de base de 40.000 euros et 1.500 euros par année d'ancienneté.

Personne n'était immédiatement joignable à la CFDT pour un commentaire vendredi après-midi.

Kering n'a pas fait de commentaire dans l'immédiat.

(Avec Benjamin Mallet et Pascale Denis, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2766070 le vendredi 21 mar 2014 à 18:00

    je crois avoir vu que les salariés souhaitaient travailler.. pas les syn dycta !!! donc entre emploi et chomdu le choix des st dycta c est que les salariés aillent cre vés

  • M4888303 le vendredi 21 mar 2014 à 16:55

    KERING n'a plus qu'à laisser le tribunal de commerce prononcer la liquidation pure et simple.....avec les seules indemnités légales.Les meneurs finiront par etre scalpés!

  • M4888303 le vendredi 21 mar 2014 à 16:51

    Il est temps de modifier les textes pour permettre un accord non remettable en cause dès lors qu'il est signé par un seul syndicat, ou par un collectif de non syndiqués s'il représente 50% des salarié;la représentativité des syndicats actuels étant une mascarade dramatique.

  • janaliz le vendredi 21 mar 2014 à 16:46

    Et bien c'est pas gagné pour le fabuleux pacte de compétitivité !!! Si la Redoute disparait cela fera un peu moins de "pub" dans les boites aux lettres. Les forêts seront contentes et les castors aussi ! Ils auront plus de matières premières...

  • M4426670 le vendredi 21 mar 2014 à 16:17

    Encore une "victoire" de nos "chers" syndicats.....