La CGT, FO et Solidaires appellent à une grève nationale le 9 avril

le
11
La CGT, FO et Solidaires appellent à une grève nationale le 9 avril
La CGT, FO et Solidaires appellent à une grève nationale le 9 avril

La CGT, FO et Solidaires ont appelé mardi l'ensemble des salariés, du public et du privé, à observer une journée de grève nationale et à manifester contre l'austérité le jeudi 9 avril. «Le pacte de responsabilité, la rigueur budgétaire, nombre de dispositions du projet de loi libéral Macron aggravent la situation des salariés», ont estimé les trois organisations réunies en intersyndicale au siège parisien de FO.

«Il s'agit d'une première étape importante«, a ajouté Virginie Gensel-Imbrecht, membre de la nouvelle direction de la CGT. «Après ce qui s'est passé avec le projet de loi Macron» mardi où le gouvernement a décidé de recourir à l'article 49-3 de la Constitution pour le faire adopter, «il est nécessaire de proposer la mobilisation des salariés dans leur ensemble», a-t-elle ajouté. Pascal Pavageau, membre de la direction de FO, a tenu à préciser que «le 9 avril n'est pas une journée de grève interprofessionnelle contre la loi Macron» mais cette loi «renforce une situation extrêmement dégradée et intenable».

«De nombreuses luttes et mobilisations syndicales sont d'ores et déjà engagées dans les entreprises», indiquent les trois syndicats. Pour faire converger ces revendications et exiger du gouvernement et du patronat qu'ils y répondent, la CGT, FO et Solidaires s'engagent «dans un processus de mobilisation».

Pour Verveine Angéli, porte-parole de Solidaires, cette mobilisation est «positive et attendue par les salariés». Les modalités précises de cette initiative - notamment concernant les appels à des manifestations - seront décidées prochainement par les organisations concernées. Bernadette Groison numéro un de la FSU, présente à cette intersyndicale, a affirmé que son syndicat déciderait au mois de mars si elle allait rejoindre cette action.

La CFDT, la CFTC, la CFE-CGC et l'Unsa n'ont pas participé à l'intersyndicale

L'intersyndicale avait été proposée par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Dalida74 le mercredi 18 fév 2015 à 07:55

    Et vous travaillez quand ?

  • Cambio17 le mercredi 18 fév 2015 à 06:26

    Fainéants ! Ils s'y prennent de plus en plus tôt pour annoncer leurs grèves...

  • b.renie le mercredi 18 fév 2015 à 06:16

    De plus ils s'affichent clairement comme révolutionnaires anti démocratie

  • b.renie le mercredi 18 fév 2015 à 06:15

    On y arrive. Les syndicats en appelant à une journée de grève nationale contre la politique du gouvernement et les lois votées par le parlement font du marxisme léninisme pur. Donc n'agisse pas comme syndicat (dont le but est de veiller à ce que les lois de la république soient appliquées par les employeurs) mais comme des partis politiques. Il faut don supprimer l'argent public versé légalement aux syndicats, mais les rémunérer comme partis politiques.

  • axiome01 le mercredi 18 fév 2015 à 05:57

    je vais faire preuve de franchise; rare sur ce site. je suis un ouvrier, un simple ouvrier; petit salaire, boulot non gratifiant et abêtissant, aucun avantage par rapport à une pléthore d'autres salariés, pour ne pas dire fonctionnaires, horaires décalés. et tout ce que je veux, c'est que l'on vire ces délégués syndicaux improductifs et inefficace.avec l'affaire lepaon, je ne comprend même pas comment ils peuvent encore appeler à la grève; ouste, dehors comme 95% des politiques.

  • Orange91 le mercredi 18 fév 2015 à 04:26

    Pour ces trois syndicats, c'est le "pacte d'irresponsabilité"... Plus conservateurs que les républicains américains, certains syndicats français.

  • KENTOF le mercredi 18 fév 2015 à 04:17

    de toute façon la loi Macron est adoptée et ni les partis gauchistes ni les soi disant frondeurs du ps ne voteront la motion de censure le gouvernement en sort renforcé dommage on aurait pu retourner voter

  • KENTOF le mercredi 18 fév 2015 à 04:12

    la cgt sort du bois pour essayer d'exister, ce n'est pas la rue qui decide c'est le bulletin de vote

  • mark92 le mercredi 18 fév 2015 à 01:05

    Conseil des ministres extrordinaires et bonnes bouffes à l'élysées avant le 49.3. Bravo glandouille and Cie qui criait au scandale comme un certain George Marchais quand ils étaient dans l'opposition.

  • cell le mercredi 18 fév 2015 à 00:17

    Finalement si les ignorants de syndicalistes sont contre cette loi, c'est qu'elle doit être bonne !!!