La CGT défile aussi sur le Tour

le
0
La CGT défile aussi sur le Tour
La CGT défile aussi sur le Tour

Les bonbons pleuvent. Les enfants n'attendaient que ça. Ils courent à leur poursuite, indifférents aux deux véhicules noirs qui s'avancent. Ils ne les verront pas. Leurs parents non plus, d'ailleurs, occupés à canaliser leurs bambins et à deviner quel drôle d'engin va surgir derrière. La caravane du Tour de France parade sur les pentes du petit col des Estaques, dans l'Aveyron, sur la route de Montauban. Au milieu de ce concert bruyant et coloré, le duo sombre passe inaperçu.

 

Sur la carrosserie, un sigle rouge prend la forme de trois lettres distinctes : CGT. « Elle est là, sur le Tour ? questionne Cédric, la quarantaine, venu assister au spectacle en voisin. Ce n'est pas sa place. Et c'est bien dommage, je trouve, pour les adhérents qui financent tout ça avec leurs cotisations. » A quelques mètres, Thérèse, originaire du Nord, est encore plus catégorique : « On ne mélange pas le sport et la politique. Qu'ils s'en aillent, ils n'ont rien à faire là ! »

 

En pleine polémique sur la loi Travail, et alors qu'il a multiplié depuis des mois les appels à la grève et aux manifestations, le syndicat a donc pris sa place, comme d'habitude, au sein du grand défilé de juillet. FO aussi, quelques rangs derrière. Et le Medef, encore un peu plus loin, fait la pub du patronat. Son président, Pierre Gattaz, est également apparu sur plusieurs étapes. Le cocktail pourrait être détonant. Il semble aller de soi sur les chemins de l'Hexagone. Les incartades viennent plutôt de l'extérieur. A Granville, dans la Manche, par exemple, au départ de la 3e étape, les membres de la Confédération générale du travail se sont fait copieusement huer alors qu'ils s'apprêtaient à monter en voiture.

 

« C'est vrai, ça ne s'est pas bien passé ce matin-là, mais ce n'est pas allé plus loin, et sur l'ensemble du parcours, depuis le début, on reçoit un bon accueil, souligne Jérôme Labrège, cheminot et chef de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant