La CGT affiche son hostilité à l'égard de Sarkozy

le
16
Le syndicat a tenu un meeting mardi pour rappeler ses revendications sur les retraites aux candidats? de gauche.

Six mille militants au Zénith de Paris, une retransmission en direct dans une centaine de salles à travers le pays, quatre pages centrales dans L'Humanité... La CGT a mis les moyens, mardi, pour remémorer ses revendications sur les retraites aux candidats à la présidentielle: départ pour tous à 60 ans, retraite anticipée pour pénibilité, pensions à 75% du dernier salaire avec un plancher au niveau du smic (porté à 1700 euros), le tout financé essentiellement par l'alourdissement des cotisations patronales. La CGT n'attendant rien de la droite, la piqûre de rappel est surtout destinée à la gauche. Ses candidats étaient invités mardi. Eva Joly et les représentants de François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Harlem Désir, ont été poliment applaudis; Jean-Luc Mélenchon a fait un tabac.

Un rien menaçante, la CGT avait prévenu, lorsque ces politiques défilaient aux côtés des syndicats contre la réforme Woerth en 2010, qu'elle saurait se souvenir de leurs promesses d'abrogation. Bernard Thibault a adopté mardi un ton beaucoup plus soft à leur égard, alors que François Hollande, par exemple, ne propose pas 60 ans pour tous. «Depuis l'annonce de cette initiative en novembre, les uns et les autres ont fait évoluer leurs positions. Les 60 ans, la pénibilité, c'est quelque chose qui progresse dans la gauche en général, même s'il existe des nuances», s'est défendu après le meeting le secrétaire général. Il assure néanmoins que «la CGT n'a pas de candidat à l'élection présidentielle». Elle a en tout cas deux adversaires. Marine Le Pen d'abord, qui promet un retour à l'âge légal à 60 ans et aux 40 ans de cotisation. «Démagogie» et «opportunisme» de celle qui, a dénoncé à la tribune Bernard Thibault, «demandait en 2010 au gouvernement de faire appel à la force» face aux manifestants. Le FN «sera toujours dans le camp du capital», a-t-il asséné.

Défouloir

Mais le meeting a surtout tourné au défouloir anti-Sarkozy. Si les noms de Fillon, Woerth, Parisot et Merkel ont été sifflés, celui du président a déchaîné les huées à chaque fois qu'il était prononcé. Bernard Thibault a sonné la charge: «Vous aurez du mal, Monsieur le futur candidat, à trouver dans cette salle beaucoup de supporteurs pour vous aider à rempiler.» Et de fustiger le «parti pris présidentiel pour la cause patronale», «la vieille rengaine» du coût du travail, «l'arnaque» de la TVA sociale, le «sabotage du droit du travail» avec les contrats compétitivité emploi. Avant de souligner la productivité élevée des salariés français, lançant au chef de l'État: «Nous ne sommes ni des fainéants, ni des incapables!»

LIRE AUSSI:

» Retraite à 60 ans: "une folie" (Sarkozy)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yann560 le mercredi 1 fév 2012 à 18:05

    Nous avons en FRANCE la CGT qui a la palme d'or du syndicat le plus bête du monde . A cause de son ignorance des problèmes financiers et économiques ainsi que de son mépris pour les patrons ,il crée,par nuisance chaque année,des dizaines de milliers de chômeurs.Ce qui ne l' empêche pas de détourner à son profit tous les ans,dans toutes les entreprises publiques(et certaines privées) ,des centaines de millions d' euros.Ce n' est plus un syndicat,c' est une association de malfaiteurs .

  • yiyie le mercredi 1 fév 2012 à 17:56

    Depuis de longues années, la CGT nous a habitués à toujours se tromper. Dans ses analyses, comme dans ses décisions...Alors...!

  • schul1 le mercredi 1 fév 2012 à 16:49

    une bonne raison de plus pour voter sarkozy face a ces naufrageurs de la france

  • 82554976 le mercredi 1 fév 2012 à 13:35

    Qu'attend Sarko pour couper le financement des syndicats , cela ne changera pas leur perception du président , ils lui sont politiquement opposés

  • bern1616 le mercredi 1 fév 2012 à 12:35

    cgt de M qui tue le port de marseille entre autre,syndicat de fachos,qui se croit encore dans les années 50,en plus quand on connait les avantages des dockers,ça me dégoute en tant qu'ouvrier

  • M4118344 le mercredi 1 fév 2012 à 11:30

    la CGT création d'emplois? Non! créatrice de CHOMEURS, exemple les ports Dunkerque le Havre Marseille ,les compagnies maritimes, A force d'exiger des augmentations pour les salaries ,de dépenser l'argent des CE,les syndicats ont rendu nos entreprises non compétitives.la mise au chomage du poinçonneur des lilas est un des premiers cadeaux aux salariés.

  • M6762365 le mercredi 1 fév 2012 à 11:10

    J'aimerai tellement voir des gens responsables nous dirent la vérité qu'il faudra tous en baver (de manière juste en faisant plus participer les plus aisés) pendant 3-4ans mais qu'ensuite tout cet argent gaspillé inutilement en intérêt de la dette pourrait être utiliser pour autre chose...Imaginons un peu que sans dette, nous pourrions doubler le nombre de fonctionnaire dans l'éducation nationale soit plus d'1 million à mettre en rapport avec les 60000 proposés par le PS.

  • M6762365 le mercredi 1 fév 2012 à 11:10

    Pourquoi pas la retraite à 55 ans et le smic à 2000 euros...Rappelons à la CGT qu'aujourd'hui la France paye à cause de sa dette plus d'intérêt aux banquiers qu'elle ne paie toute son éducation nationale...ça fait froid dans le dos.

  • pfouet1 le mercredi 1 fév 2012 à 10:29

    Merci Bernard tous ensemble tous ensemble ouais.Ha ça ira ça ira les aristocrates on les aura.Vive Robespierre et St just

  • frinie1 le mercredi 1 fév 2012 à 10:08

    Pas étonnant que la CGT soutienne Hollande, c'est le plus prompt à distribuer et à raser gratis.La CGT confond politique et syndicalisme . Elle ne représente pas grand chose mais son pouvoir de nuisance est là