La CFE-CGC signe l'accord sur le pacte de responsabilité

le
0

PARIS (Reuters) - La CFE-CGC a annoncé lundi qu'elle signait l'accord sur le pacte de responsabilité négocié la semaine dernière entre les partenaires sociaux, confirmant l'adhésion d'un groupe de syndicats majoritaire, avant l'annonce des mesures précises par le gouvernement d'ici la mi-avril.

La CFTC ayant déjà signé, et l'aval de la CFDT ne faisant aucun doute, l'accord sera ainsi ratifié par trois syndicats sur cinq et les trois principales organisations patronales.

L'adhésion des partenaires sociaux était importante politiquement pour le gouvernement, qui ne voulait pas que la nouvelle baisse promise du coût du travail apparaisse comme un cadeau sans contrepartie aux entreprises.

Le relevé de conclusions négocié mercredi comprend de "vraies avancées" pour l'emploi et le pouvoir d'achat, a déclaré la présidente de la CFE-CGC, Carole Couvert, lors d'une conférence de presse, assurant qu'il ne s'agissait pas d'"un chèque en blanc" au patronat. "La signature nous permettra d'être exigeant dans la suite du processus."

"Nous demandons maintenant aux employeurs de prendre leur part de responsabilités et donc de permettre l'ouverture des négociations dans les branches le plus rapidement possible", a-t-elle ajouté.

Le texte ne comprend pas d'engagements d'embauches chiffrés comme l'aurait souhaité la CGT et FO, mais il prévoit des négociations ou des discussions dans les branches professionnelles sur de tels objectifs.

Le syndicat des cadres demande également à l'Etat "de prendre sa part de responsabilité" en accédant à sa demande de baisser la fiscalité des ménages et celle pesant sur l'intéressement et la participation des salariés.

La CFDT, troisième syndicat s'étant prononcé pour la signature du relevé de conclusions, doit confirmer cette dernière lors de son bureau national, mercredi et jeudi. Son secrétaire général, Laurent Berger, a déclaré jeudi dans un entretien au quotidien Les Echos que la contre-proposition de la CFDT avait été "reprise à 95%" dans le texte.

Côté patronal, le Medef, la CGPME et l'UPA sont favorables. La CGT et Force ouvrière ont émis un avis négatif.

(Marine Pennetier, édité par Jean-Baptiste Vey)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant