La CFDT propose un nouveau régime de retraites complémentaires

le
1

* Les syndicats divisés sur la proposition de la CFDT * Le Medef assure qu'elle lui convient * Les propositions patronales jugées déséquilibrées par Emmanuel Jarry PARIS, 20 mars (Reuters) - La CFDT a proposé vendredi, lors d'une nouvelle session de négociation sur le redressement des finances des retraites complémentaires du secteur privé, d'aller à moyen terme vers un nouveau régime unique en lieu et place de l'Arrco et l'Agirc. Saluée par le Medef, principale organisation patronale, cette proposition a été diversement accueillie par les autres syndicats cogestionnaires avec le patronat de ces deux caisses, l'Agirc étant réservée aux cadres. Les réserves de ces régimes, qui assurent un complément de revenu à 12 millions de retraités, fondent sous l'impact de déficits à répétition et pourraient être asséchées vers 2024. "Il faut arrêter de prétendre que le système est au bord de la faillite", a cependant dit à son arrivée au siège du Medef le négociateur de la CFDT, opposé à des mesures "punitives". Des efforts "raisonnables et acceptables" sont nécessaires à court terme pour "desserrer l'étreinte" mais il faut "ensuite se donner un rendez-vous pour qu'en 2019-2020 on ait un système qui garantisse vraiment l'équilibre", a ajouté Jean-Louis Malys. A court terme, il suggère une mutualisation des réserves des deux régimes pour soulager l'Agirc, le plus menacé, et laisser le temps d'imaginer un système "plus dynamique" et mieux adapté, avec de nouvelles règles de gouvernance. Plus qu'une fusion pure et simple de l'Arrco et l'Agirc, la CFDT propose la "construction d'un tout nouveau régime", a-t-il expliqué en séance, selon le texte de son intervention. "Cette proposition me convient d'autant mieux que c'est ce que j'ai proposé à la réunion précédente", a réagi le chef de la délégation patronale, Claude Tendil, à l'issue de cette session. Jean-Louis Malys, selon qui la proposition du Medef relève plus d'une "compilation" que d'un système véritablement nouveau, a admis que la CFDT était isolée sur ce point du côté syndical. LE MEDEF REVOIT PARTIELLEMENT SA COPIE La CGT est hostile à un régime unique "qui ne règle rien financièrement" et remet en cause le statut des cadres, a dit son négociateur en chef, Eric Aubin. Une position partagée par le syndicat de l'encadrement, la CFE-CGC. Pour Pascale Coton, de la CFTC, "deux malades ne font pas quelqu'un en bonne santé" et la constitution d'un régime unique n'est pas pour elle à l'ordre du jour. Le négociateur de Force ouvrière Philippe Pihet s'est en revanche montré plus ouvert, tout en affirmant que son syndicat n'était "pas demandeur". "L'important est de sauver la retraite complémentaire des salariés du privé, quels que soient leur statut et leur niveau de rémunération. Si ça passe par une révision des structures, et bien ça passera par une révision des structures", a-t-il dit. "On sera attentif à la manière dont ce sera fait", a-t-il ajouté. "On ne sera pas moteur mais si ça doit être le véhicule pour pérenniser la retraite des salariés du privé, on contribuera à sa fabrication." Toutes les organisations syndicales se sont en revanche retrouvées pour dénoncer d'autres propositions du patronat. Medef, CGPME et UPA veulent économiser 7,1 milliards d'euros et équilibrer l'Agirc-Arrco à l'horizon 2020 par un gel des pensions, un abattement dégressif sur leur montant entre 62 et 67 ans, une décote pour les pensions de reversion, une hausse du coût du point de retraite et une diminution du nombre de points distribués aux chômeurs. ID:nL5N0W701M Le patronat refuse en revanche tout recours à une hausse de cotisations, prôné au contraire par les syndicats, qui demandent aux entreprises de participer à l'effort de redressement. Le Medef a accepté vendredi de revoir partiellement sa copie d'ici la prochaine séance, le 10 avril, notamment concernant les pensions de réversion et l'abattement dégressif. (Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • am013 le vendredi 20 mar 2015 à 16:01

    Avant de parler d'un nouveau régime, supprimée les régimes spéciaux et ceux des politiques !