La CFDT prône une hausse de la CSG contre une baisse des charges

le
3
LA CFDT PROPOSE UNE HAUSSE DE LA CSG COUPLÉE À UNE BAISSE DES CHARGES PATRONALES
LA CFDT PROPOSE UNE HAUSSE DE LA CSG COUPLÉE À UNE BAISSE DES CHARGES PATRONALES

PARIS (Reuters) - Hostile à la mise en oeuvre d'une "TVA sociale", la CFDT propose d'instaurer "un choc de compétitivité" en augmentant de 7% la Cotisation sociale généralisée (CSG) en échange d'une baisse de dix points des cotisations patronales.

François Chérèque, le secrétaire général de la centrale syndicale, préconisera cette mesure mercredi lors du sommet social organisé par Nicolas Sarkozy à l'Elysée.

"Si on veut faire un choc de compétitivité important, on prend 10 points de cotisations patronales, on les supprime. On augmente les salaires de 7% et on augmente la CSG de 7%", a expliqué François Chérèque sur RMC Info et BFM TV.

"Pour les salariés, c'est neutre. La CSG fait cotiser les revenus du capital, les revenus financiers, les revenus du patrimoine, c'est plus juste", a-t-il estimé.

"La CSG, c'est plus intéressant, parce que l'assiette est plus large et tout le monde contribue. On peut même choisir de ne pas faire payer les retraités", a suggéré le dirigeant syndical.

"Les 3% qui restent, c'est un gain de compétitivité important parce qu'on sait bien que la concurrence avec l'Allemagne, c'est un ou deux pour cent le gain de compétitivité", a-t-il dit.

"On décide collectivement de ce qu'on fait de ces 3% : est-ce qu'on augmente les salaires dans certaines entreprises? Ce sera possible puisqu'elles ne sont pas soumises à la concurrence. Est-ce qu'on investit dans des produits plus modernes pour être plus compétitifs? Est-ce qu'on baisse les coûts pour vendre moins cher?", s'est interrogé François Chérèque.

"Là, on a un vrai choc de compétitivité utile et on ne fait pas payer ça aux salariés et aux consommateurs", a-t-il plaidé.

"C'est une proposition qui est difficile à mettre en place mais qui est efficace" et qui pourrait voir le jour "juste après" les élections présidentielle et législatives.

"La nouvelle majorité à l'Assemblée nationale pourra décider de la meilleure solution, c'est quand même plus démocratique", a jugé le secrétaire général de la CFDT.

"Si le gouvernement impose une TVA sociale avant les élections, on fera l'action syndicale, on contestera", a-t-il averti.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marconge le mardi 17 jan 2012 à 12:27

    La CSG, une autre vache à lait. Toute épargne a déjà payé des impôts, les intérêts ne sont que la contrepartie de l'inflation. C'est encore une double peine au même titre que les automobilistes avec les points et les PV. La lutte contre la double peine est tjrs pour les mêmes.

  • M6784830 le mardi 17 jan 2012 à 12:15

    Encore un fois la CSG c'est devenue une facilité, les petites retraites fondent de plus en plus, pour trouver un logement décent avec le montant de celle-ci c'est de plus en plus difficile. Personne n'a jamais dénoncé que sur une partie de la CSG nous payons des impots.Le montant des baremes n'ont jamais été revus, avec 1.400 1.500 euros mensuel vous etes prelevés, bougez vous.

  • chatnour le mardi 17 jan 2012 à 12:11

    Ce n'est pas inintéressant comme idée et au moins ça prouve mais on le savait déjà, que la CFDT est vraiment le seul syndicat qui n'est pas seulement dans le "niet" mais qui réfléchit avec un peu d'honnêteté intellectuelle