La CFDT en appelle à François Hollande sur le travail dominical

le
3
LA CFDT EN APPELLE À FRANÇOIS HOLLANDE SUR LE TRAVAIL DOMINICAL
LA CFDT EN APPELLE À FRANÇOIS HOLLANDE SUR LE TRAVAIL DOMINICAL

PARIS (Reuters) - La CFDT a demandé lundi à François Hollande de reprendre en main le dossier du travail dominical, dont le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, veut assouplir les modalités dans le cadre de son projet de loi sur la croissance et l'activité.

Dans une lettre ouverte au chef de l'Etat, la fédération services de la CFDT déplore une "dérégulation accrue" du travail du dimanche et un "recul des droits des salariés".

Elle rappelle à François Hollande qu'il estimait en décembre 2008, quand il était député socialiste, que l'ouverture accrue des magasins le dimanche irait à l'encontre du progrès humain et n'aurait pas d'effet sur le pouvoir d'achat et la consommation.

"Qui pourrait être en désaccord avec vous, quand vous écrivez que 'mettre en avant le volontariat du personnel méconnaît l'inégalité de la relation employeur-salarié, accrue en période de hausse du chômage'?", poursuit-elle.

"Qui ne signerait pas aujourd'hui vos propos d'alors, selon lesquels (...) 'on ne peut croire à un effet positif d'une nouvelle déréglementation ?"

Le projet de loi Macron donne aux maires le pouvoir d'autoriser le travail 12 dimanches par an au lieu de cinq.

Cette dérogation pourra être permanente dans les zones dites touristiques, touristiques internationales et commerciales à fort potentiel, comme certaines gares très fréquentées, où les commerces seront autorisés à ouvrir le dimanche et en soirée, "dans des conditions protectrices des salariés".

Le texte confirme que "seuls les salariés volontaires" pourront, dans ces différents cas, travailler le dimanche, contre repos compensateur et rémunération majorée.

Dans les établissements de moins de 20 salariés situés dans ces zones, une "décision unilatérale de l'employeur" pourra cependant fixer "des contreparties différentes", précise un des articles du projet de loi.

C'est précisément un des points que dénonce la CFDT, de même qu'une "multiplication des situations dérogatoires" et le pouvoir de décision, selon elle "unilatérale", donné aux maires.

"La CFDT vous appelle, M. Le Président, à reprendre la main sur ce dossier du travail dominical qui, d'évidence, ne s'inscrit pas dans une logique (...) de progrès social qui était la vôtre comme député", conclut le syndicat.

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le lundi 1 déc 2014 à 19:31

    il faut demander le retour aux 25 heures

  • ppetitj le lundi 1 déc 2014 à 17:57

    Je pensais que "liberté" était inscrit sur tous les frontons des mairies...Sans doute une erreur de la république démocratique...

  • patjo47 le lundi 1 déc 2014 à 16:51

    Décidément ne comprennent rien ces syndicats.Ni la situation économique ni même les employés entièrement d accord pour la deregulation de notre système basé sur la feignantise des syndiqués.