La Centrafrique à l'épreuve d'une transition périlleuse

le
0
Le président par intérim a quinze jours pour organiser l'élection d'un chef de l'État.

La Centrafrique a un nouveau président pour quinze jours. Dans la salle immense et quasi déserte du Parlement de Bangui, un huissier annonce son entrée solennellement: «Son Excellence, le président de transition par intérim, Alexandre-Ferdinand Nguendet!»

Les quelques ambassadeurs et diplomates étrangers encore en poste ont été conviés dimanche à une allocution du nouveau chef de ce qui reste de l'État centrafricain. Après la démission forcée du président Michel Djotodia et de son premier ministre, Nicolas Tiangaye, au cours du sommet extraordinaire de N'Djamena, Alexandre-Ferdinand Nguendet, président du Conseil national de transition, se retrouve par le jeu de l'ordre protocolaire à la tête de la Centrafrique. Il est devenu dimanche le président éphémère d'un pays en complète faillite, déchiré par une guerre confessionnelle et placé de facto sous tutelle internationa...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant