La Centrafrique a basculé dans le brigandage et la haine

le
0
Le pays s'est enfoncée dans l'anarchie depuis le renversement en mars du président François Bozizé par Michel Djotodia, le chef de la coalition rebelle Séléka qu'il a depuis dissoute sans pour autant réussir à rétablir l'ordre.

La Centrafrique n'en finit plus de s'enfoncer dans le chaos. L'ex-colonie française est livrée aux bandes de pillards armés et le pouvoir ne parvient qu'à contrôler le centre de la capitale, et encore à grand peine. Rares sont ceux qui, en décembre dernier, avaient prévu l'ampleur de la catastrophe.

La Séléka («alliance» en sango, la langue locale), la nouvelle insurrection, était alors aux portes de Bangui. «C'était un mouvement totalement inconnu, surgi de nulle part, avec pour unique programme de renverser le président Bozizé», souligne un ancien premier ministre centrafricain. Cette rébellion est en fait la fusion de quatre groupes du nord du pays, notamment la Convention des patriotes pour la justice et la paix (CPJP) et l'U...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant