La cellule «riposte» de Brice Hortefeux passe à la vitesse supérieure

le
0
En attendant que Nicolas Sarkozy se déclare candidat à la présidentielle, son entourage est prié de monter au créneau contre François Hollande

C'est en découvrant que les ténors de la majorité étaient en vacances le 1er janvier alors qu'il était sur le pont, à Metz, pour saluer les Français qui travaillent pour la Saint-Sylvestre que Nicolas Sarkozy est sorti de ses gonds. Personne, ou si peu, n'était monté au front pour défendre ses vœux du 31 décembre… Et, encore une fois, le président a confié à quelques proches qu'il serait obligé de faire cette campagne «tout seul». Puis il a demandé que l'UMP s'organise mieux.

Depuis, les élus de la majorité se sont rattrapés. Un peu trop, même. Car, de l'avis général, les attaques contre François Hollande après la petite phrase mal comprise sur Sarkozy «sale mec», ont été parfois trop fortes. Elles ont pourtant mis le candidat socialiste sur la défensive, dans un temps fort de sa campagne.

Car le but est bien sûr de démontrer sans relâche que le candidat Hollande n'est «pas au niveau». «Il écrit son projet avec un carnet de chèques et un

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant