La CE voit le déficit public de la France à plus de 3% en 2015

le
4
BRUXELLES VOIT LE DÉFICIT PUBLIC FRANÇAIS À 3,4% EN 2015
BRUXELLES VOIT LE DÉFICIT PUBLIC FRANÇAIS À 3,4% EN 2015

BRUXELLES (Reuters) - La France ne devrait ramener son déficit public qu'à 3,4% du produit intérieur brut en 2015, sensiblement plus que les 3,0% promis à ses partenaires européens, ce qui l'expose à des sanctions, selon les prévisions de la Commission européenne.

Les économistes de Bruxelles ont revu lundi en baisse dans le même temps leur prévision de croissance du PIB 2015 à 1,5%, faisant peser des doutes sur la vigueur du "retournement" en cours entrevu par le président François Hollande.

Elle était de 1,7% auparavant, niveau sur lequel Paris a calé le programme de stabilité 2014-2017 qu'il vient de transmettre à la Commission.

Celle-ci est en revanche très proche des prévisions du gouvernement français pour 2014 avec un PIB en hausse de 1,0% et un déficit public à 3,9% (contre respectivement 1,0% et 3,8% prévu par le programme de stabilité).

A Paris, le ministre des Finances Michel Sapin a confirmé l'objectif d'un déficit public de 3,0% du PIB en 2015 sur la base des 50 milliards d'euros d'économies prévues dans le programme de stabilité voté la semaine passée.

"Le gouvernement réaffirme sa détermination à mettre en ?uvre le Pacte de responsabilité et de solidarité et à réaliser les 50 milliards d'euros d'efforts d'économies nécessaires pour ramener le déficit à 3% du PIB en 2015", dit-il dans un communiqué.

Il explique l'écart avec les prévisions de la Commission européenne par des anticipations de croissance un peu plus faibles et surtout "une prise en compte seulement partielle à ce stade" des économies programmées pour 2015.

VERDICT DE BRUXELLES LE 2 JUIN

La Commission européenne, qui a ouvert depuis 2009 une procédure pour déficit excessif contre la France, s'exprimera le 2 juin sur la question.

Elle pourrait alors lui demander de corriger la trajectoire si elle juge ses efforts insuffisants, alors qu'elle lui a déjà octroyé un délai de deux ans, jusqu'en 2015, pour ramener son déficit dans les clous du Pacte de responsabilité et de croissance, voire même la sanctionner.

Interrogé lundi sur la question, le commissaire européen Siim Kallas, qui assure l'intérim du portefeuille des Affaires économiques et monétaires, s'est montré très prudent.

Selon lui, la Commission européenne "ne peut que se féliciter" de la volonté exprimée par le gouvernement français d'agir pour améliorer la compétitivité de son économie avec le pacte de responsabilité et prend bien note de sa volonté affirmée de tenir le cap des 3%.

"Nous ferons tout notre possible pour soutenir le gouvernement français dans les réformes", a-t-il dit lors d'une conférence de presse. "Mais en même temps, c'est notre rôle de préserver la crédibilité de l'Eurosystème et garder les déficits sous contrôle en est un élément essentiel", a-t-il ajouté.

Avec un déficit 2015 au-dessus de 3%, la France se situerait parmi les mauvais élèves de la zone euro, pour laquelle la Commission européenne anticipe un déficit public moyen de 2,5% du PIB en 2014 puis 2,3% en 2015.

Sur cette base, la dette publique de la France devrait selon Bruxelles progresser à 95,6% du PIB cette année, après 93,5% en 2013, puis 96,6% en 2015, un point au-dessus de la prévision du programme de stabilité.

La Commission européenne estime d'autre part que le chômage ne devrait pas baisser avant 2015. Elle table ainsi sur un taux de chômage de 10,4% de la population active cette année, soit 0,1 point de plus qu'en 2013, qui reviendrait à 10,2% l'an prochain.

(Yann Le Guernigou et Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dugan le lundi 5 mai 2014 à 14:57

    et Bruxelles, n'a pas l'idée de dire aux socia.lopes de démissionner ! ce serait ceci l'urgence et la priorité.

  • d.e.s.t. le lundi 5 mai 2014 à 14:30

    Il n'y a pratiquement plus que Sapin qui le voit au-dessous, mais c'est le sapin qui cache la forêt des déficits!

  • sarestal le lundi 5 mai 2014 à 13:15

    Moi, Mme Irma m'affirme que l'UE à 28 sera morte avant la fin 2014.

  • A4DF14 le lundi 5 mai 2014 à 12:08

    Les promesses n'engagent que ceux qui les subissent. Ce gouvernement nous a suffisamment promis le beurre et l'argent du beurre et il saura bien remettre la pression fiscale en 2015

Partenaires Taux